Le poteau-poutre - Maison en bois en kit, maison bois, construction maison bois - Maison en bois en kit, maison bois, construction maison bois

Le poteau-poutre

architecture-bois-poteau-poutre-integral

Ossature bois ou poteau-poutre ? Longtemps mis au second plan des choix constructifs, le poteau-poutre est aujourd’hui considéré comme le haut de gamme de la construction bois. La technologie venue en renfort de savoir-faire inhérent à ce mode de construction séculaire invite désormais à la création architecturale.

D’aucun pourrait imaginer que construire bois répond à un phénomène de mode. D’autres seraient tenter de penser que cela coûte moins cher, que la construction d’une maison bois est plus rapide, moins fiable, voire qu’il est possible de réaliser soi-même sa maison. Ces questions d’actualité invitent à nous replonger dans l’histoire d’une technique qui a traversé les âges et connaît aujourd’hui un regain d’intérêt. Le principe constructif du poteau-poutre ne date pas d’hier ! En effet, certains vestiges retrouvés sous les cendres de Pompéi attestent de l’existence de cette technique ancestrale du bâti. Elle sera ensuite développée dans la maison médiévale à colombages. La franchise du trait, la liberté d’expression et l’audace architecturale en font, aujourd’hui encore, l’une des techniques les plus innovantes en construction bois. Mais qu’est-ce donc que le poteau-poutre ? Les bâtis ayant recours à ce système constructif se reconnaissent à leurs poutres porteuses. Elles écrivent la hauteur de la maison. Les bois employés, longs, montrent de larges sections. Autrefois réalisés en résineux, poutres et poteaux, depuis quelques années sont de plus en plus souvent façonnés en lamellé-collé. La vulgarisation du lamellé-collé a redonné un second souffle à une technique qui s’ouvre sur tous les champs du possible. Revenir à l’essentiel pourrait caractériser ce type de construction articulé autour d’une ossature porteuse permettant de larges volumes intérieurs. Poutres et poteaux d’importantes sections, assemblés rigidement entre eux rendent la structure indéformable. Usinés en ateliers dotés de commandes numériques, les bois nécessaires à la construction gagnent ainsi en précision comme en fiabilité. La structure, taillée au millimètre peu alors rejoindre le site choisi pour être implantée sur une surface maçonnée parfaitement plane. Assemblés sur place, poutres et poteaux supporteront cloisons, planchers et toitures. Espacés à intervalles réguliers (de 2,5 à 5 m), ils forment une trame qui dessine les volumes de la maison. Ce “ quadrillage ” participe à l’esthétique du projet, offrant un rythme constructif lisible en intérieur comme en extérieur. Ici, les murs font office de remplissage et n’ont pas de rôle porteur.

De l’individuel au collectif

Les grandes longueurs, qu’autorise le poteau-poutre, permettent de répondre aux nouvelles exigences architecturales, à une nouvelle demande. Les murs sont formés par le remplissage des espaces vides qui s’harmonisent à toutes les envies : baies vitrées, madrier, briques de verre… Les intérieurs peuvent se conjuguer avec de larges volumes, hauteur sous plafond, mezzanine… Ce principe constructif se montre également modulable et transformable. Le poteau-poutre se prête aussi à la réalisation d’ouvrages d’importance tels que : les équipements sportifs, les bâtiments industriels, les logements collectifs privés ou publics, les théâtres, les hangars agricoles. Ces portées de plusieurs mètres, difficiles à imaginer il y a encore quelques années rencontrent, avec le lamellé-collé, davantage de souplesse d’exécution et de fiabilité. Dans les zones sismiques, ce système constructif est plébiscité pour son caractère indéformable. Globalement, le poteau-poutre est une technique bien cadrée.

Côté prix, si l’ossature bois se situe à environ 1800 € du m² le poteau-poutre côtoie les 2000 € du m². Des coûts désormais moins élevés car la majorité du travail, réalisé en atelier, permet un hors d’eau hors d’air en moins de six mois.

Enfin d’un point de vue esthétique et environnemental, le remplissage de la trame, dissocié de la structure, permet d’animer les façades de vides et de pleins dans une importante variété de matériaux et de styles. Du mur de verre aux panneaux de bois… les parements les plus divers permettent à la construction de se fondre dans le paysage architectural en place comme de s’y inscrire avec originalité.

Texte : Johana Trossat

Crédit photo : Karélis



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>