Architecture Bois Magazine – Infos sur la construction et maisons en bois.

Les immeubles en bois : l’avenir de la construction collective ?

Le béton domine encore la construction de logements neufs partout dans le monde mais les immeubles conçus en bois font leur retour dans les villes. 

cofam-jpeg-2
Dans le cadre de l’opération Ré-inventer Paris, un programme parmi le projet de ré-aménagement de 23 sites parisiens propose une réhabilitation de la gare Masséna. Sur les 875 candidatures que la mairie de Paris a reçu pour ce concours de projets urbains aux réhabilitations ambitieuses, 75 projets sont encore en lice, dont celui de la construction d’une immeuble en bois au coeur du 17è arrondissement de la capitale. 

Au delà de l’aspect architectural de ce projet parisien (la réponse sera divulguée en janvier 2016) ), d’autres initiatives de résidences prennent forme. Aussi, l’entreprise Ossabois, spécialiste depuis 30 ans dans la construction de logements en bois, élabore près de 1000 logements avec cette matière par an. Des résidences étudiantes sont actuellement en construction ou déjà sorties de terre, à Nice (200 chambres étudiantes), mais aussi à Nantes (280 chambres étudiantes) ou Saint-Nazaire (78 chambres). Des résidences seniors et de tourismes ont également été élaborées dans cette matière. Les promoteurs immobiliers s’intéressent de plus en plus au retour du bois dans les constructions de logements neufs, notamment Bouygues Immobilier qui est devenu un partenaire de l’entreprise Ossabois, pour la construction de maisons individuelles groupées et de petits immeubles collectifs. Un site spécialisé dans l’immobilier neuf à Toulouse envisage même de créer une rubrique spéciale pour investir dans en bois. 

Des projets d’envergure ont vu le jour dans des métropoles mondiales, comme à Melbourne en Australie ou à Londres. Pour cette dernière, une tour résidentielle de 9 étages a été créée tandis qu’à Vienne, le plus grand bâtiment en bois au monde, haut de 24 étages a été construit, et surnommé la tour Hoho. Michael Green l’architecte spécialiste du bois avait également imaginé un building de 35 étages, nommé Baobab qui devait  être érigé entre la porte Maillot et la porte des Ternes mais il n’a pas été retenu lors de la phase de 3 de sélection du projet “Ré-inventer Paris”. Ce building écolo devait être assemblé à partir de panneaux de bois en lamellé-collé et son architecte assurait que ce procédé était solide et résistant au feu.
En effet, la première critique concernant le retour des immeubles en bois dans les villes, concerne leur haute inflammabilité. Pourtant ces constructions écologiques seraient moins polluantes pour l’atmosphère. En effet, un m3 de bois permettrait d’absorber une tonne de dioxyde de carbone tout en économisant du C02 par rapport à la construction béton. Deux atouts en un matériau qui devrait supplanter l’acier et le béton devenus trop énergivores et pointés du doigt pour leur émission de gaz à effet de serre.
Advertisement
Les derniers articles par Rédaction Architecture Bois Magazine (tout voir)
Retour haut de page

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer