Architecture Bois Magazine – Infos sur la construction et maisons en bois.

#10 LE BARDAGE

Pour toute la partie en ossature bois de la maison, des lames de mélèze pré-grisées ont été retenues. De l’étage supérieur aux chambres en passant par les mezzanines, le choix de ce bardage est en accord avec l’utilisation du bois dans l’architecture contemporaine.

architecturebois-abd-hs21-d10-bardage-6

Le bardage est un revêtement extérieur fixé sur une ossature secondaire, par conséquent il ne possède aucun rôle structurel. Il s’agit d’une seconde peau ou d’une enveloppe du bâtiment qui est directement exposée aux intempéries. Les principales fonctions sont d’isoler thermiquement et de protéger la structure du bâti contre toutes les attaques extérieures.

architecturebois-abd-hs21-d10-bardage-1

De plus, avec l’évolution des matériaux et les innovations technologiques, le bardage a acquis une meilleure durabilité, un entretien plus aisé et un rôle esthétique qu’il ne faut pas négliger. Les types de pose, les matières et les formes permettent un éventail de possibilités quant aux rendus esthétiques des bâtiments. Le bardage est l’élément le plus à l’extérieur du mur. Si ce dernier n’est pas correctement réalisé, le rôle de protection du bardage en sera amoindri.

architecturebois-abd-hs21-d10-bardage-4

Pour que le revêtement extérieur puisse convenablement remplir sa fonction, le mur à ossature bois doit respecter quelques principes fondamentaux de mise en œuvre décrits dans le DTU 31.2. Donc, une mise en oeuvre soigneuse est nécessaire pour assurer une longévité optimale au bardage.

architecturebois-abd-hs21-d10-bardage-3

Lors d’une nouvelle construction, se pose donc le problème du choix du bardage : naturel, composite, pré-peint… c’est avant tout une question de goûts esthétiques. En effet, le grisaillement est inévitable, alors autant anticiper ce phénomène de dégradation naturelle liée à l’action de l’eau, ainsi qu’aux rayons UV.

 

Aujourd’hui, le grisaillement fait partie du charme du bardage bois. Selon l’architecte Tomas Mikulas : « l’une des difficultés consiste à obtenir un grisaillement régulier sur toutes les façades du bâtiment. Surtout lorsque certaines parties sont plus ou moins exposées ». Les essences de bois tendres comme le sapin ou l’épicéa, non résistants aux intempéries ou aux attaques de champignons et d’insectes, sont à proscrire si l’on veut laisser les lames vieillir naturellement.

architecturebois-abd-hs21-d10-bardage-8

Utilisé dans le cas présent, le mélèze ne se rétracte que modérément lors du séchage. De plus, cette essence ne se fissure et ne se voile que très peu. Ainsi, des lames horizontales de largeur 12 cm et d’épaisseur 20 mm ont été mises en œuvre. « Avant la pose, une lasure grise a été appliquée pour assurer une patine homogène », précise l’architecte.

architecturebois-abd-hs21-d10-bardage-7

Ce traitement s’apparente à un pré-grisaillement, qui sera peu à peu lessivé et remplacé par la patine naturelle du mélèze. Cette technique permet ainsi de contrôler en partie l’altération du bois pour un résultat régulier sur le long terme. Le bardage ainsi traité n’a pas besoin d’entretien supplémentaire.

Le fait de réaliser un étage principal de couleur anthracite crée une rupture entre le socle gris clair et l’étage en lames de bois gris-beige. Visuellement, le bâtiment est alors découpé en couches superposées, ce qui allège le côté massif de cette maison sur quatre niveaux.

Texte : Serum presse

Retour haut de page

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer