Architecture Bois Magazine – Infos sur la construction et maisons en bois.

9# L’isolation

La réalisation d’une maison labellisée Minergie-P® impose le respect de nombreuses exigences. Confort thermique, renouvellement d’air, récupération de chaleur et performances énergétiques… L’habitat se doit d’être isolé de manière poussée.

architecturebois-abd-hs21-d9-isolation-5

En matière de performances, actuellement, le niveau standard ou le minimum légal dépasse largement les premières maisons à basse consommation d’énergie et même les premiers standards Minergie®. Dans le cas présent, le Minergie-P® reste une référence en matière de performance énergétique et d’enveloppe à faible déperdition.

architecturebois-abd-hs21-d9-isolation-3

L’isolation des structures lourdes en béton est essentiellement extérieure. Elle se situe sous le radier et en périphérie des murs des deux étages du bas.

architecturebois-abd-hs21-d9-isolation-6

Le bâtiment est entièrement ” emballé ” ce qui élimine les ponts thermiques. Les matériaux utilisés sont le polystyrène extrudé pour les structures au contact du sol – le radier et les murs enterrés – et du polystyrène expansé isole les murs hors terre.

architecturebois-abd-hs21-d9-isolation-17

Cette solution d’isolation périphérique est à présent bien maîtrisée et des matériaux de qualité sont facilement disponibles. Pour la partie haute du bâtiment, l’ossature bois permet d’isoler la structure entre les éléments porteurs. « Le bois, tout en n’étant pas un matériau isolant proprement dit, est suffisamment résistant aux transmissions de chaleur pour être posé en alternance avec l’isolant lui-même », explique Tomas Mikulas. A noter que ce type d’installation ne serait pas suffisant dans une maison à faible consommation énergétique. L’isolation entre les montants ou entre les chevrons a donc été complétée par une autre couche isolante qui emballe le tout.

architecturebois-abd-hs21-d9-isolation-8

Concrètement, la maison compte :

– 240 mm de laine de verre entre les montants de la structure (murs),

– 120 mm de panneaux de fibre de bois, faisant office de coupe-vent, sur la face externe des montants,

– 200 mm de ouate de cellulose soufflée entre les chevrons de la toiture,

– 120 mm de panneaux de fibre de bois formant également la sous-couverture sous les tuiles.

architecturebois-abd-hs21-d9-isolation-7

L’aspect énergétique d’une maison à faible consommation ne se limite pas à l’épaisseur de l’isolation. Cet aspect n’est qu’un des nombreux paramètres entrant dans le bilan global.

architecturebois-abd-hs21-d9-isolation-14

L’exposition au soleil, la forme compacte, ou la nature et la disposition des vitrages sont autant d’éléments déterminants et qui, dans le cas présent, entrent dans les performances énergétiques de ce projet.

architecturebois-abd-hs21-d9-isolation-18

architecturebois-abd-hs21-d9-isolation-13

architecturebois-abd-hs21-d9-isolation-19

Une des exigences du label Minergie-P® est le test d’étanchéité à l’air de l’enveloppe du bâtiment. Techniquement, la porte d’entrée déposée lors du test est remplacée provisoirement par un panneau contenant une soufflerie permettant de mettre le bâtiment, alternativement, en pression (en soufflant) et en dépression (en aspirant). Des sondes reliées à un ordinateur donnent des valeurs en temps réel.

architecturebois-abd-hs21-d9-isolation-9

Ces données sont ensuite reportées sur un graphique pour déterminer si le bâtiment correspond aux exigences minimales. Au final, lorsqu’un bâtiment possède des épaisseurs d’isolation aussi élevées, il ne reste que les courants d’air comme source de déperdition calorique les plus importantes.

architecturebois-abd-hs21-d9-isolation-10

En Minergie-P®, l’accent est donc mis sur la qualité de cette étanchéité. Pour le bien être de ses habitants, cela implique obligatoirement la présence d’une ventilation double flux.

architecturebois-abd-hs21-d9-isolation-11

Le seul élément ” critique ” a été la couleur du crépi. Architecte et propriétaires s’étaient entendus sur une couleur foncée de type anthracite.Or, la couleur foncée expose le matériau à de plus fortes sollicitations (choc thermique dû à l’ensoleillement) que des teintes claires. Cette teinte a été maintenue en connaissance de cause et jusqu’à présent, aucun problème n’a été constaté.

Texte : Laurène Delion

Les derniers articles par Rédaction Architecture Bois Magazine (tout voir)
Retour haut de page

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer