Suivez-nous !
 

Le réveil de la meulière

Cette meulière est agrémentée d’une extension ultra-contemporaine, construite par C2C Couverture. Créée en ossature bois, elle offre au regard un cube en zinc aux lignes pures et graphiques.

Dans cette boîte noire, à l’abri des regards, on peut presque s’imaginer dormir à la belle étoile. Lové dans cette chambre, on devine le jardin immense paré de ses plus beaux atours. La meulière, comme endormie dans ses murs de briques grises et rouges se réveille soudain, du haut de son balcon à lambrequins. L’extension prend place dans ce contexte historique. Elle vient donner un nouveau souffle architectural à la bâtisse de 160 m². « Les propriétaires avaient besoin d’une pièce de plain-pied, pour une chambre avec sa salle d’eau et un coin bureau. Ils voulaient un style très contemporain », explique l’architecte Audrey Jacquinot, de l’agence EGG Architecture, qui a conçu et suivi le projet. Pour répondre aux contraintes du terrain, les fondations ont été creusées bien plus qu’initialement prévu, à deux mètres de profondeur. L’extension vient se caler le long de la façade Nord-Est de la maison, contre la limite séparative du mur mitoyen. Il s’agit d’un parallélépipède rectangle avec une toiture légèrement en pente, pour respecter le PLU.

L’extension vient réveiller la meulière, comme endormie dans ses murs de briques grises et rouges et son balcon à lambrequins.

Ce texte réglementaire tolère aussi un mètre de hauteur de plus par rapport au mur séparatif. « Cette hauteur est nécessaire afin d’avoir un volume habitable de plain-pied avec le rez-de-chaussée de la maison existante », explique l’architecte. L’extension mesure ainsi 3 m 56 au faîtage. Toutefois, son plancher a dû être abaissé pour avoir une hauteur sous plafond convenable, de 2 m 50. « Cela nous a obligés à mettre une marche entre la chambre et la cuisine, ce qui est moins bien pour l’accessibilité », déplore l’architecte. Pour cette extension, les artisans ont réalisé une semelle filante, un dallage sur terre-plein. Les murs en ossature bois en Sapin étaient, eux, préfabriqués avec la charpente, en atelier. Le bois a reçu en même temps un traitement pour une aptitude à l’usage en classe d’emploi 2. Il est nécessaire pour les bois qui resteront à l’abri des intempéries mais qui peuvent être occasionnellement en contact avec une humidité supérieure à 20 %.

Comment se passe l’assemblage ?

Une fois terminé, l’ensemble a été assemblé directement sur chantier. L’extension est isolée au moyen de laine minérale, et revêtue d’un bardage zinc prépatiné de couleur anthracite. La façade est agrémentée de deux volets coulissants en Mélèze, avec une pose à emboîtement. « Initialement, le bois a reçu une simple lasure de protection mais les propriétaires l’ont ensuite verni », précise l’architecte DPLG. La teinte ocre, qui en ressort, entre ainsi en résonance avec la brique rouge de la meulière. Greffée à la bâtisse originelle, dans le prolongement de la cuisine, le nouveau volume est relié au réseau de gaz déjà existant. Dans ces 40 m², l’architecte a imaginé une chambre spacieuse avec une salle d’eau. Elle est cachée dans un bloc habillé d’espaces de rangement, réalisés sur-mesure avec du stratifié Egger. Derrière une cloison coulissante, permettant ainsi de préserver l’intimité de la chambre, l’espace bureau est aménagé sur ce bloc en stratifié de couleur claire. Grâce à ce nouvel espace, la maison initiale s’est ainsi adaptée en même temps que ses propriétaires à un nouveau rythme de vie.

FICHE TECHNIQUE :

Architecte* : EGG Architecture
(Audrey Jacquinot, architecte DPLG)
Constructeur : C2C Couverture
Localisation : Reims (51)
Année de construction : 2012
Surface habitable : 40 m2
Prix : 110 000 €
Système constructif : ossature bois en Sapin,
traité classe 2
Revêtement : Bardage Anthra-Zinc® de VMZinc
Isolation : Dalle : Isolant sous dalle 120 mm
Murs : Laine minérale Rockwool 140 mm entre les montants de l’ossature bois // Toit : Laine minérale Rockwool 120 mm x 2 dans les caissons bois // Murs périphériques : Doublage avec 45 mm de laine de roche
Chauffage / EnR : Chauffage au gaz (existant)
Menuiseries : Mélèze, pose à emboîtement, lasure de protection et vernis

L’extension apporte une touche de modernité à la meulière.
L’extension comporte trois pièces : la chambre, le bureau et la salle de bains.
Les deux baies vitrées captent la lumière naturelle.
Dans la salle de bains un puits de lumière éclaire la pièce.
Le bardage en zinc sombre est mis en valeur par le bois.
Lors des jours ensoleillés le soleil réchauffe l’extension. Dans le cas contraire, la maison se chauffe au gaz.

Source : Architecture bois n°84

Partager sur
Aucun commentaire

Désolé, le formulaire de commentaire est fermé pour l'instant.