La petite maison dans la montagne

C’est en 2014 que cette maison de 151 m² située en Rhône-Alpes voit le jour. Elle est le fruit d’une étroite collaboration entre les propriétaires, l’Atelier FAR et Ec(H)ome.

 

hs28-report-tableaualpin6

Les propriétaires souhaitaient une construction bois et voyaient la norme RT 2012 comme une opportunité plutôt que comme une contrainte. Après avoir vécu près de 20 ans entre une maison ancienne de ville impossible à chauffer et un chalet en montagne, le choix a été facile.
« Dans notre chalet, nous apprécions la sensation de confort et les avantages thermiques et acoustiques qu’apporte le bois » explique le propriétaire. Posée sur une terrasse qui surplombe la vallée de l’Isère, la maison se voit de loin. Elle a l’air toute simple avec sa façade claire et son
toit à deux pans… Calée contre le coteau, elle fait face à la montagne. C’est un belvédère idéal pour suivre la course des nuages, le vol des rapaces ou des hirondelles.

hs28-report-tableaualpin2

 

La nuit, la vue sur les lumières de Grenoble a quelque chose de plus urbain. Cette construction bioclimatique, orientée vers le sud, suit naturellement la course du soleil. Elle bénéficie de protections solaires, d’une ventilation intérieure et d’un plancher chauffant relié à une pompe à chaleur. L’ossature bois est en douglas et l’isolation est en laine de bois posée dans les murs entre les montants d’ossature. La toiture en bac acier se distingue par son design singulier
avec son pan droit plus long que son pan gauche et qui encadre et ferme l’espace à la manière de la station service de Jean Prouvé. Plusieurs raisons à cela : diminuer les risques de fuites, simplifier le dessin et la mise en oeuvre de la charpente et offrir une protection à la terrasse. Le revêtement extérieur est un habillage en enduit minéral à la chaux, les dessous de toit sont en aluminium. « Les propriétaires voulaient une maison en ossature bois, mais ne voulaient pas supporter les contraintes d’entretien d’un bardage en bois naturel » se souvient l’architecte.
Un décrochement de façade ajoute un espace de vie extérieur sur deux niveaux avec un balcon et une seconde terrasse plus privative bien abritée du vent grâce à la retombée de la toiture en façade ouest. Parce que l’objectif était d’offrir à toutes les pièces des vues sur les montagnes, l’aménagement des espaces à vivre a été pensé sur la longueur de la maison.

hs28-report-tableaualpin3

Au rez-de-chaussée, on trouve en enfilade la cuisine, une grande pièce pour se restaurer et se détendre, et une chambre à coucher accompagnée d’un bureau et d’une salle de bains. À l’est,
la cuisine coursive dispose d’un étroit châssis fixe qui encadre la vue sur la Chartreuse. Au sud, la grande pièce à vivre communique avec les deux terrasses et bénéficie d’une suite de trois châssis qui cadrent sur le jardin face au massif du Vercors, comme le bureau et la chambre.

hs28-report-tableaualpin9

Les murs sont uniformément blancs, alors que les sols ” ardoise ” déclinent les textures : lisse pour l’entrée et la cuisine, structurée pour les terrasses et brillante pour les murs de la douche. Ailleurs,
c’est le chêne de Bourgogne naturel qui a été retenu pour les parquets. L’étage reçoit une salle de bains, une petite chambre et un dortoir – mezzanine ouvert sur l’espace de vie au rez-de-jardin.

hs28-report-tableaualpin5

Cette ouverture facilite la communication entre les différents espaces de la maison, et la rend plus aérée et spacieuse. En quelques mots : simplicité des matières, élégance des volumes et des vues, modernité de l’infrastructure.
Ec(H)ome et l’Atelier FAR ont réussi avec succès à mettre en harmonie la beauté des Alpes et l’univers de la maison.

 

hs28-report-tableaualpin hs28-report-tableaualpin4  hs28-report-tableaualpin7 hs28-report-tableaualpin8

Retour haut de page