Architecture Bois Magazine – Infos sur la construction et maisons en bois.

Isolation Thermique par l’extérieur. 1ère partie

En France, le logement représente environ 43 % de la consommation énergétique et 25 % des émissions de gaz à effet de serre. L’Isolation Thermique par l’Extérieur ( ITE ) permet de moins consommer d’énergie et réduit significativement les émissions de gaz à effet de serre. Isoler par l’extérieur, cela consiste à envelopper le bâti existant d’une “seconde peau”. Cette “seconde peau” a pour principaux avantages de corriger les ponts thermiques et d’assurer une plus grande inertie de l’habitat.

reportage-architecturebois-maison-dossier-kit-habitat-wood-house-bois-isolant

L’ITE permet de gagner en confort et de faire des économies d’énergie. La couche d’isolant ajoutée sur les murs va traiter les ponts thermiques et limiter les déperditions de chaleur qui sont de l’ordre de 25 % (combles 30 %), protéger les murs des variations climatiques et conserver les propriétés thermiques des murs intérieurs (l’inertie).

L’ITE fait aussi gagner en confort acoustique. L’ITE cumule encore d’autres atouts face à l’Isolation par l’Intérieur (ITI). En supprimant la plupart des ponts thermiques de structure (à la jonction tableaux, des planchers, des huisseries, dans les angles du bâti), l’ITE assure une isolation plus performante que dans le cas d’une ITI.

architecturebois-reportage-dossier-actu-parepluie-maison-kithabitat-deltal-doerken-001

L’ITE ne mord pas sur la surface habitable alors qu’une bonne ITI peut réduire jusqu’à 7 % la surface habitable. En optant pour l’ITE en rénovation, vous faites d’une pierre deux coups. Quelle que soit la technique utilisée, l’ajout d’une couche d’isolation devra ensuite être protégée par un revêtement extérieur (bardage, parements de pierre, en terre cuite, ardoises, enduit,etc).

En rénovation, ITE et ravalement de façade vont de pair. Enfin, l’ITE assure un certain confort de chantier : contrairement à une isolation par l’intérieur, les murs à isoler ne doivent pas être dégagés des meubles. Une fois l’isolation posée, il n’y a pas lieu de refaire les enduits ou la peinture, la tapisserie…

reportage-architecturebois-maison-dossier-kit-habitat-wood-house-bois-fenetre-rt2012-rockwool-7

Avec l’ITE, les travaux restent dehors. Au bout du compte, l’ITE ralentit le vieillissement du bâtiment face aux intempéries et aux gros écarts de température. La structure bouge moins, les risques de fissures en sont ainsi réduits.

Les limites de l’ITE

Si l’ITE sur maison neuve fait partie des paramètres de la construction dès le début du projet, étudiée par des thermiciens, calculée et gérée en cohérence avec le reste du chantier, la situation peut être plus délicate en rénovation. Il y a les cas où l’ITE n’est pas la bienvenue : soumise à des restrictions réglementaires, sur des bâtiments classés, dans les immeubles frappés d’alignement (dans les grandes villes en particulier) ou sur les maisons en limite de propriété.

Dans ces cas-là, il est important de consulter les règles d’urbanisme et / ou de rencontrer l’architecte des bâtiments de France. Autre inconvénient, encore en rénovation : la perte de luminosité au niveau des ouvertures due à la surépaisseur des murs et un effet ” meurtrière ” 3 qui, s’il peut être rectifié en changeant les fenêtres ou en les déplaçant aux nus extérieurs de la façade, engendrera des travaux lourds. Enfin, si l’isolation par l’intérieur peut être réalisée par un bon bricoleur, il n’en va pas de même pour l’ITE.

Plus technique à mettre en place, elle nécessite des équipes formées et compétentes ; l’ITE étant une opération délicate, surtout si la façade n’est pas régulière. Chaque point singulier doit faire l’objet d’une attention particulière (angles, encadrements de baies, appuis de fenêtres, seuils de portes…).Souvent formés par les fournisseurs de matériaux d’isolation (pare-pluie, isolants, connecteurs, scotchs et autres systèmes de fixation), les professionnels sont la garantie d’une ITE performante.

C’est aussi la raison pour laquelle une ITE est plus chère au moment de l’investissement (même si elle se rentabilise plus vite que de l’isolation intérieure). Le coût d’une sur-isolation varie entre 50 et 80 € / m2. Ces chiffres ne prennent pas en compte le ravalement de façade dans le cadre d’une rénovation. Ils sont à comparer à ceux d’une isolation par l’intérieur, généralement compris entre 20 et 40 € / m2.

Il n’en reste pas moins que pour les logements antérieurs aux années 1970, dont les consommations moyennes avoisinent les 140 kWh / m2 / an, l’ITE, même partielle (uniquement sur façade aveugle), est sans aucun doute, la meilleure solution.

La suite de cet article, très prochainement.

Texte : Mireille Mazurier – Architecture Bois

Advertisement
Les derniers articles par Rédaction Architecture Bois Magazine (tout voir)
Retour haut de page

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer