Une maison reine des glaces

Suivant le principe du mimétisme, cette maison se camoufle astucieusement dans son environnement. De l’extérieur, le bardage de cette résidence d’un seul volume, imite l’écorce des arbres. De l’intérieur, la décoration blanche se fond dans le paysage glacé du Canada.

La maison est perdue au milieu de la neige et de la forêt. – © Maxime Brouillet

Cette maison aux allures naturelles et simplistes fait se dégager d’elle une certaine innocence.

Un souhait d’harmonisation

Une famille de citadin, ayant quitté la ville pour se rapprocher de la nature et profiter des vastes espaces, s’y est installée. Vue de l’extérieur, la maison est totalement camouflée dans son environnement, grâce à un bardage de lattes verticales en Cèdre de l’Est qui grisaillera au fil des ans, s’harmonisant à la teinte des écorces des arbres alentours. Certaines sections de ces murs sont couvertes de tasseaux de bois, créant un relief subtil sur les façades, qui entre en résonnance avec la verticalité et le rythme de la forêt environnante.

la maison de l'extérieur
Un bardage en cèdre rend la maison pure. – © Maxime Brouillet

Une implantation linéaire

Sur le toit plat, un lit de galets de rivière rend le bâtiment presque invisible, du haut de la colline. L’articulation de l’habitat sur un plan bas et rectiligne permet de réduire son empreinte sur le site. « Une attention particulière a aussi été apportée afin de préserver au maximum la flore déjà présente au sol. Ainsi, l’implantation linéaire et effilée du bâtiment et les différences de hauteur entre l’avant et l’arrière de la maison lui ont permis de se faufiler dans le contexte existant, en réduisant au minimum l’altération du site », expliquent les architectes de l’agence La SHED Architecture. Ce type d’implantation, basse et rectiligne, offre à chaque occupant un lien visuel direct avec la nature. L’interaction avec l’extérieur est facilitée, tout comme la propagation de la lumière naturelle

Une cuisine épurée – © Maxime Brouillet

Une maison aérée

Toutes les ouvertures des fenêtres sont disposées à l’intérieur d’une série d’alcôves, pour permettre une aération intérieure, même les jours de pluie. Elles permettent aussi de limiter les rayons directs du soleil, afin d’éviter la surchauffe due aux grandes baies vitrées, en été. Le plancher en béton apparent agit comme une masse thermique, gardant la maison au frais en été et réchauffant l’espace l’hiver. Les espaces communs se trouvent au centre de la maison, tandis que les espaces privés occupent les extrémités de celle-ci. Passé l’entrée de l’alcôve puis le vestibule, les espaces de vie sont regroupés en un seul endroit.

le salon
Un style nordique – © Maxime Brouillet

La composition de la maison

La cuisine composée de deux grands îlots, sépare la salle à manger du séjour. Côté salle à manger, l’îlot loge un comptoir pour le déjeuner ; de l’autre, une bibliothèque peuplée d’histoires. Le revêtement des murs, en bois brut, a été entièrement peint en blanc pour obtenir un espace accueillant. Toujours feutré et noble grâce à la texture du bois, l’espace prend alors un caractère tout à fait laurentien.

L’usage d’autres matières premières, comme le bois tapissant les murs, le marbre enveloppant les salles de bains ou encore le béton poli du plancher, assure la pérennité de la construction. Les espaces de services ont été aménagés entre le volume central et les chambres afin d’offrir une zone de transition graduelle vers les espaces privés. Ainsi, les salles de bains, la buanderie et de nombreux rangements filtrent et absorbent les bruits tout en signalant à l’usager qui les franchit, qu’il s’apprête à accéder aux espaces privés. La maison, baptisée Blue Hills, de par sa sobriété et sa délicatesse, permet une cohabitation harmonieuse entre l’homme et la nature. Établissant un climat confortable, détendu et empreint de légèreté, y vivre à l’année s’apparente à de perpétuelles vacances.

une cuisine
Une cuisine toute en élégance – © Maxime Brouillet

FICHE TECHNIQUE :
Architecte : La SHED Architecture
Localisation : Morin-Heights, Montréal ( Canada)
Année de construction : 2012
Surface habitable : 210 m2
Prix : NC
Système constructif : Ossature bois
Revêtement : Bardage vertical en Cèdre de l’Est
Chauffage/EnR : Cheminée à foyer fermé

Texte : Claire Thibault – Photos de Une : © Maxime Brouillet
Source: Architecture Bois n°83

Retour haut de page