Suivez-nous !
 

Une propriété, les pieds dans le sable

Cette propriété en bois se fond parfaitement dans l’environnement naturel de l’Île de Fire Island, à New York. Tout a été pensé par l’architecte Bromley Caldari Architects et le constructeur Crellory Property Management afin d’obtenir un confort optimal avec une sublime vue sur l’océan.


Pourquoi vivre en bord de mer, si on ne peut même pas apercevoir l’océan ?

La villa depuis la terrasse – © Nathan Kirkman et Mikiko Kikuyama

Une propriété mal exploitée à l’origine

Figée dans un plan architectural obsolète, cette maison de plage des années 1970 avait bien besoin d’un regain de jeunesse. “C’était un labyrinthe de pièces et aucune d’entre elles ne tiraient parti des vues spectaculaires sur l’océan “, se souvient Scott Bromley, l’architecte en charge de cette colossale rénovation. Les travaux démarrent avec l’objectif d’ouvrir la maison sur l’extérieur et de la rendre plus agréable aux propriétaires et invités. ” Lorsque j’ai acheté la maison, je n’ai rien changé à l’intérieur, se rappelle le client. J’ai simplement tout repeint en blanc, pour qu’on se sente un peu plus dans une maison de bord de mer. Sur cette île, les habitants aiment se divertir et j’aime moi-même beaucoup recevoir. Malheureusement, la maison ne donnait pas du tout envie de s’y attarder.

Après avoir dépouillé l’ensemble des pièces, notamment les trois chambres carrées aux minuscules fenêtres, la façade a été entièrement réhabilitée grâce à un parement en Cèdre et des grandes baies vitrées, qui offrent de belles perspectives.

Chez soi comme à la plage – © Nathan Kirkman et Mikiko Kikuyama

Des rénovations spectaculaires

Tel un œil large et glorieux, ouvert sur l’Atlantique, ce complexe immobilier possède une entrée grandiloquente, un plan ouvert et parsemé de détails architecturaux. Bien que la maison renvoie l’image d’un modernisme assumé, avec une décoration minimaliste, elle offre également une ambiance de sable sous les pieds. En descendant depuis l’entrée vers la pièce de séjour en double hauteur, avec vue sur l’océan, les visiteurs ont l’impression d’emprunter un chemin en pente, qui descend vers la plage. Le parement en bois de Cèdre, à l’intérieur et à l’extérieur, renforce l’idée d’une demeure au design géométrique et zen.
Pour satisfaire son client, le cabinet d’architectes a opté pour un séjour, une salle à manger et une cuisine favorisant la libre circulation d’un espace à un autre, tout en étant très bien articulés. « La cuisine était très, très petite et ne pouvait accueillir qu’une seule personne à la fois alors que, l’intérêt de recevoir du monde, c’est aussi de pouvoir cuisiner avec ses amis. »

Une cuisine sobre et élégante – © Nathan Kirkman et Mikiko Kikuyama

Une propriété sans murs

 En éliminant l’appartement des servants, Scott a pu élargir la cuisine, qui dispose désormais de murs en verre ouvrant sur l’extérieur et de fenêtres verticales, en bandeau, qui courent à la hauteur du plan de travail.
À la sortie du salon, une terrasse abrite un auvent en bois qui sert aussi de terrasse à la chambre du second étage. Mais le détail favori de l’architecte reste cette étroite coursive en bois qui court sur le côté de la maison. « C’est comme une entrée secrète : lorsque les invités arrivent et que tout le monde est dans la piscine, les gens peuvent venir directement à l’arrière sans avoir à entrer dans la maison », précise-t-il. La demeure principale est agrémentée d’une maison d’hôtes, d’une maison pour le personnel, d’une salle de gym, d’un pavillon d’été et d’un abri de piscine. La maison d’hôtes est l’ajout le plus récent, fait à cette large propriété.

Une maison de verre et de bois – © Nathan Kirkman et Mikiko Kikuyama

Une maison facile à entretenir

Les architectes étaient chargés de créer une maison facile à entretenir, avec un plan libre et ouvert pour recevoir des amis et membres de la famille sur plusieurs jours. Ainsi, la maison fonctionne complètement indépendamment de la demeure principale du propriétaire, située à seulement quelques pas. Le plan architectural a été pensé de façon à flouter totalement les limites entre les espaces intérieurs et extérieurs. Pour réaliser cet exploit, les architectes ont utilisé les mêmes matériaux. Pierre froide, Cèdre chaud, verre pour les grandes parois coulissantes, ces matières nobles permettent aussi de donner du cachet à cette dépendance autonome.


© Nathan Kirkman et Mikiko Kikuyama

Une maison récompensée

La maison a d’ailleurs reçu le prix 2017 Ceramics of Italy Tile Competition qui récompense les meilleurs projets d’architectes et de designers nord-américains, mettant en valeur des carreaux de céramique italiens dans des espaces résidentiels, institutionnels et commerciaux. Dans cette maison, le séjour et la salle à manger de 200 mètres carrés, faisant face à l’océan, tirent profit des vues étendues et des brises océaniques tout en permettant une variété d’expériences lors d’une journée typique a la plage. La piscine, le bar extérieur et les espaces de détente en terrasse ne font que cultiver l’esprit de relaxation des lieux. Tout est bon pour profiter pleinement des vacances à la mer.

FICHE TECHNIQUE :
Architecte : Bromley Caldari Architects
Constructeur : Crellory Property Management
Localisation : Fire Island Pines, New-York (États-Unis)
Année de construction : 2014
Surface habitable : 130 m²
Prix : NC
Chauffage / EnR : Pas de chauffage, résidence saisonnière
Revêtement : Bardage en Cèdre clair, teinté, pose horizontale
Surface habitable : 200 m²
Système constructif : fondation sur pieux en bois, construction 2×4 mètres
Aménagements extérieurs : piscine double bassin, tapis solaire pour la chauffer
Revêtement : Bardage en Cèdre clair, teinté, pose horizontale
Système constructif : fondation sur pieux en bois
Surface habitable : 200 m²
Isolation : En matelas

Texte: Claire Thibault – Photo de Une: © Nathan Kirkman et Mikiko Kikuyam
Source: Architecture Bois n°82

Partager sur
Aucun commentaire

Désolé, le formulaire de commentaire est fermé pour l'instant.