Suivez-nous !
 

Le chauffage au bois, toujours plus sophistiqué

Le chauffage au bois prend des formes très variées en fonction des appareils (les cheminées, les poêles et les chaudières) et des combustibles utilisés (buches, granulés, briquettes, plaquettes).

De gros progrès techniques ont été réalisés ces dernières années. Les poêles à bois affichent désormais des rendements supérieurs à 70% et les poêles à granulés ou les chaudières tutoient les 90% voire les 100%.

Les principales différences entre un appareil répondant à la norme RT 2012 et un appareil normal sont l’étanchéité de la chambre de combustion et le raccordement direct à l’air extérieur.

Un poêle « étanche » est un appareil de chauffage dont la chambre de combustion fonctionne en circuit fermé ; il prend de l’oxygène par le conduit d’amenée d’air, le consomme, et refoule les gaz brûlés dans le le tubage d’un poêle à bois – sortie d’air.

Les poêles modernes prennent leur comburant à l’extérieur, par un conduit qui va courir dans le mur, dans le sol (garage) ou dans un vide d’air sanitaire. Il est dit « étanche », parce le circuit jusqu’à la chambre de combustion est hermétique. La porte aussi est hermétique. Pas question que la fumée puisse sortir par les joints, ou au niveau du point de liaison des conduits.

C’est d’ailleurs pour cela que la majorité des portes sont en fonte, parce que la fonte ne se déforme pas, contrairement à l’acier qui, à hautes températures, peut se cintrer à l’usage et, donc, perdre de l’étanchéité.

Un appareil avec une arrivée d’air est compatible BBC.

Comment calculer la puissance de son chauffage au bois

Pour que le confort de l’appareil soit optimal, la puissance doit être parfaitement calculée. Cela concerne autant les poêles à granulés de bois que ceux à bûches.

Le chauffage d’une maison dépend de nombreux critères. Le choix d’un poêle ou d’une cheminée en tant que moyen de chauffage doit tenir compte de la puissance dont ses occupants ont besoin.

Un poêle sous-dimensionné n’apportera pas la chaleur attendue, en revanche, un poêle surdimensionné risque de fonctionner trop souvent au ralenti et de s’encrasser prématurément.

Article complet disponible dans Architecture Bois n° 82 oct-nov 2017

Partager sur
Aucun commentaire

Désolé, le formulaire de commentaire est fermé pour l'instant.