Le Numéro 80 est en Kiosque – Juin – Juillet 2017

 

ÉDITORIAL :

 

La construction bois en marche ?

 

Alors que la France vient d’élire son nouveau président, intéressons nous à ce qu’il propose en matière de construction, de rénovation et d’énergies renouvelables. Même si les dernières élections n’ont pas eu d’incidences sur l’activité économique dans le bâtiment, notamment pour la maison individuelle, qui enregistre une hausse de 8% par rapport à 2016, prêtons attention aux mesures phares annoncées dans le programme du désormais président Macron. Force est de constater qu’il s’inscrit dans le respect des accords internationaux de Paris pour le climat, et de la loi sur la transition énergétique qui consacre la baisse de la consommation énergétique des bâtiments. Ainsi il veut accompagner les ménages qui souhaitent isoler, en transformant le crédit d’impôt (CITE) en une prime perceptible au moment des travaux plutôt qu’un an après. Aussi pour les foyers les plus modestes qui ne peuvent pas forcément investir dans la rénovation de leur logement alors qu’elle s’avère nécessaire, un audit gratuit sera fait et un fonds doté de quatre milliards d’euros financera les travaux. L’objectif étant de rénover 1 million de logements à l’issue du quinquennat. Par ailleurs, le président de la République s’est engagé à pousser à 32 %, la part des énergies renouvelables d’ici 2030, notamment en simplifiant les procédures et autorisations, et commencer pour les cinq prochaines années à doubler la capacité en solaire et en éolien. On aura donc compris que le travail sur l’urbanisme et la transition énergétique entrepris en la matière par le précédent gouvernement, sera suivi et renforcé. On peut donc s’étonner du tweet du porte-parole du mouvement En Marche, au lendemain de l’élection, qui annonçait qu’aucune loi ou nouvelle norme ne serait votée pendant les cinq prochaines années. En effet, l’année 2020 devait voir la mise en œuvre de la nouvelle réglementation thermique, actuellement en test, qui renforce la RT2012, impose la production individuelle d’énergie et un coût carbone pour les matériaux employés. Même s’il est évident que le coté administratif qu’induisent ces normes doit absolument être allégé, il serait dommage de ne pas poursuivre dans la voie de la construction de bâtiments plus sains, toujours moins énergivores, produisant de l’énergie et favorisant les filières d’approvisionnement locales.

Advertisement

À suivre donc…

Maxime Kouyoumdjian-Simonin
Fondateur – Rédacteur en chef


 


SOMMAIRE :



Retrouvez le numéro 80 chez tous les marchands de journaux ainsi que sur notre boutique en ligne au format papier ou PDF :
Advertisement


Fiches numéros Papier et PDF :

 

 

Advertisement
Retour haut de page
%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer