Suivez-nous !
 

Région Bretagne : “De l’ambition, avec raison”

Conscient que le succès de la construction bois se joue aussi à l’échelle régionale, au plus proche des clients, Architecture Bois interroge à chaque numéro les acteurs qui contribuent au dynamisme de la filière. Ce mois-ci, les entreprises Maisons Dervenn, Maisons Zenoa, JMP Menuiserie et le groupe Ekko nous livrent leur vision du marché et de ses évolutions.

Thomas PAUGAM

MAISONS DERVENN

« 2017 a été une année extraordinaire. D’ailleurs, on vit actuellement sur les contrats signés l’an passé. Mais nous devons rester prudents. Les échanges que nous avons avec la FFB nous ont mis en garde. Le remaniement du PTZ (Prêt à Taux Zéro) et la possible disparition des dispositifs d’aide à l’investissement locatif ne facilitent pas la tâche des constructeurs. Chez Maisons Dervenn, nous construisons pour une clientèle locale mais également pour des clients extérieurs à notre département qui apprécient beaucoup notre secteur géographique. C’est souvent aussi une clientèle qui possède déjà un bien qu’elle va vendre, ou non, pour financer une maisons bois en Bretagne. Nous construisons une quinzaine de maisons par an, uniquement du sur-mesure, entre 80 et 135m². Nous sommes constructeurs CMIstes et nous accompagnons nos clients tout au long de leur projet. Après avoir trouvé leur terrain, ils nous rencontrent et à partir de ce moment-là, nous nous mettons entièrement à leur disposition. Aujourd’hui, je milite fortement pour le terme « constructeur », car il est galvaudé. Beaucoup l’emploient à tort et à travers. Finalement, les clients ne savent plus vers qui se tourner. Dans notre région, les constructeurs CMIstes ne sont pas nombreux.

Effet de mode, ou pas, nous construisons de plus en plus de maisons plain-pied. La demande émane aussi bien de trentenaires que d’octogénaires. L’envie d’avoir un logement façon loft, facile à vivre, adapté au vieillissement de ses occupants, correspond à la majorité de la clientèle. Ce sont aussi des clients soucieux de faire des économies d’énergie dans la mesure du raisonnable. Car il y a toujours des concessions à faire. Construire en bois, c’est la première étape. Cela étant, on peut aller très loin dans la démarche. Mais il y aura forcément des coûts supplémentaires.  Il faut alors trouver un juste milieu. Nous avons une ligne directrice : nous installons peu de pompes à chaleur et de ventilations double flux. Nous estimons que leurs coûts sont trop importants comparés aux économies faites.

Nous réalisons aussi des extensions. C’est un domaine où nous sommes très présents. De fait, aujourd’hui, tout est facilité pour que les gens achètent un bien et le rénovent. Cela risque de s’accentuer en 2020 quand toutes les aides pour un achat dans le neuf auront été supprimées et que les nouvelles normes thermiques seront en vigueur. Les maisons neuves seront plus chères. Les propos tenus aux réunions de la FFB vont dans le même sens ».

 

Carloman DRIVET

MAISONS ZENOA

« Depuis cinq ans que la marque de maisons bois Zenoa a été lancée par Menuiserie Cardinal qui fabrique et pose les murs en ossature bois, la clientèle s’est confirmée. Nous venons d’ailleurs d’ouvrir une nouvelle agence à Vannes. La clientèle s’est aussi affirmée. Vouloir une maison bois correspond à un souhait d’habiter dans un lieu plus sain, lumineux, facile à vivre, économe en énergie et le budget n’est pas un handicap à cette volonté. Nous avons de plus en plus de demandes de petites maisons de la gamme «Évolutive», anciennement appelée « Premium », autour de 65m², aux prix inférieurs à 115 000€ TTC. Il s’agit d’un nouveau type de clientèle. Ce sont des primo-accédants qui ont atteint la cinquantaine, certains sont retraités. Leur but ? Changer de cadre de vie, sans s’endetter. Ce sont des clients en recherche d’une petite maison sur un petit terrain, mais proche de la mer. Ce sont des gens qui veulent continuer à s’offrir des voyages ou d’autres plaisirs. Nous leur livrons ces maisons clé en main, dans le cadre de notre contrat de CCMI. Pour eux, comme pour les clients de maisons « sur-mesure », notre statut permet d’offrir toutes les garanties : livraison à prix et délais convenus, parfait achèvement, assurances financières et décennales, ainsi qu’une dommage-ouvrage à tarif préférentiel. Auprès des banques, ce sont des sésames qui facilitent l’accès à l’emprunt. Pour le client, ce sont des inquiétudes en moins. C’est un contrat que nous pouvons aussi proposer dans le cadre d’un chantier de combles à aménager, que l’on finalise avec un test d’étanchéité.

Nous construisons une trentaine de maisons par an, entre 65 m² et 150 m² avec des demandes incontournables : un volume tout en lumière naturelle et faible en matière d’économie d’énergie. Des souhaits que nous respectons jusque dans nos plus petites maisons qui sont, toutes, équipées de poêle à granulés et de chauffe-eau thermodynamique. Dans les maisons à 110 000€ TTC, tout est compris sauf les peintures et la cuisine, ce qui permet aux clients de s’approprier les lieux. ²Comme les autres constructeurs de maisons bois, nous nous sommes sentis pénalisés par la RT 2012. La RT 2020, avec la possible prise en charge du bilan carbone, ne pourra que nous faire du bien. En attendant, nous nous préparons pour le prochain salon de l’habitat, à Vannes. Il a lieu du 16 au 19 novembre ».

 

Jean-Marc PASCO

JMP MENUISERIE

« En 2017, nous avons senti le retour de la demande. Nous avons fini l’année en réalisant une douzaine de chantiers. Mais cette année, les clients sont beaucoup plus nombreux et les signatures de contrats plus importantes. Comme il y a toujours six mois de décalage entre la signature et le démarrage du chantier, nous avons déjà empiété sur 2019 ! La disparition du PTZ ne devrait pas nous pénaliser. Actuellement, on peut emprunter à 1,3%, c’est vraiment très bas.  Quand un client a un projet qui lui tient à cœur, il pourra le retarder de quelques mois, s’il le faut. Mais la disparition des aides ne va pas empêcher les gens de réaliser leurs projets, d’autant que la maison bois s’est vraiment démocratisée. La période estivale ne devrait pas ralentir le rythme. Notre clientèle se compose toujours de 80% de particuliers et de 20 % d’architectes et de maîtres d’œuvre. Un projet sur deux reste un hors d’eau-hors d’air aménagé par les propriétaires. Une bonne orientation, de grandes baies vitrées et une isolation performante, le résultat est excellent. Un petit poêle suffit à chauffer l’habitation ! »

 

Philippe ROUE

GROUPE EKKO

« L’année n’est pas terminée. Si les maisons E-Loft se vendent bien, avec un carnet de commandes 2019 déjà bien rempli, le marché reste porteur mais moins soutenu qu’en 2017. La fin des aides, notamment autour des conditions de financement des jeunes ménages et la réforme du PTZ qui complique les projets immobiliers des primo-accédants, a un peu freiné le marché. Pour autant, l’entreprise est sur une phase ascendante. Nous avons étoffé la gamme, passant de cinq modèles d’habitations à neuf. Nous élargissons aussi notre périmètre d’activités pour répondre à la clientèle des régions voisines, Normandie et Pays de LA Loire.

En mai dernier, nous avons participé aux trophées Crisalide Eco-activités et obtenu le Prix de la Transition Energétique pour notre concept de fabrication en atelier. E-Loft, c’est une gamme de maisons conçues en modules préfabriqués en atelier et assemblés « façon Lego ». 80% du temps de chantier s’effectue en atelier, à l’abri des intempéries des aléas traditionnels du terrain. Le concept repose sur une même base pour toutes les habitations complétées par des options. Toutes données sont accessibles sur notre site, avec les plans. Comme nous travaillons sur des séries, tous les coûts sont optimisés. Pour le client, cela signifie l’accession à un habitat de qualité, performant à un prix raisonnable à partir de 1000€ TTC le m². Autre facteur non négligeable, compte tenu de la qualité de l’isolation, le coût du chauffage d’une habitation E-Loft est très modique.

Nous ne souhaitons pas nous arrêter là. Au sein de l’entreprise, nous menons une réflexion sur l’économie circulaire. L’autoproduction d’énergie, le recyclage, le concept même de l’habitation sont appelés à évoluer dans les prochaines années. Peut-être qu’à moyen terme, il sera nécessaire de prévoir la déconstruction des maisons, et le recyclage de tout ou partie des matériaux qui ont été utilisés. Le bois nous le permet… Nous réfléchissons beaucoup à une gestion plus circulaire, à la fois de notre entreprise et de nos maisons, et plus intelligente par rapport à notre environnement.

La Bretagne est, à ce titre, un territoire de grande ouverture, une terre de tous les possibles. Le prix que nous avons reçu en est un très bon exemple. À nous d’en profiter et d’aller encore plus loin ».

Propos recueillis par Mireille Mazurier

Vous souhaitez en savoir plus sur la construction bois, abonnez-vous à notre magazine en version papier ou numérique. Et retrouvez toutes les adresses des constructeurs français sur notre annuaire dédié à la construction bois !

Partager sur
Aucun commentaire

Désolé, le formulaire de commentaire est fermé pour l'instant.