Suivez-nous !
 

Vente de bois : le Douglas, le Chêne et le Pin maritime tirent le marché

Le prix de vente des bois sur pied issus des forêts privées a augmenté de 6%, à 61€ du m3 ; selon l’indicateur publié par l’Observatoire économique de l’interprofession nationale de la filière Forêt Bois. Trois essences tirent le marché : le Douglas, le Chêne et le Pin maritime. Explications.

Tous les secteurs semblent avoir profité de la reprise économique, et du dynamisme du secteur de la construction bois, selon les derniers indicateurs publiés ce mois-ci par l’Observatoire économique de l’interprofession nationale de la filière Forêt Bois. Trois essences, en particulier, permettent de soutenir le marché : le Douglas, le Chêne, le Pin maritime. À elles trois, elles représentent respectivement 25 %, 15 % et 11 % des volumes proposés.

L’indice «  Toutes essences résineuses » a progressé de 4 % à 44€/m² (contre 42 €/m3, en 2016) et atteint son plus haut niveau depuis 15 ans. Seul  le pin sylvestre enregistre une baisse notable. Le prix moyen du Douglas a augmenté de 6% et celui du Pin maritime de 9 %, son plus haut score depuis 2014.

Du côté des feuillus, le Chêne et le Peuplier enregistrent une forte demande, qui permet de compenser la baise du prix du Hêtre (-7,7 %). « Avec une hausse annuelle proche de 13 % depuis 4 ans, le prix moyen du Chêne atteint 1688€/m3 (contre 151 €/m3 en 2016) », précise l’Observatoire. Cette demande est alimenté par différents secteurs : parquets, menuiserie, charpente, traverses paysagères, merrain), en France comme à l’étranger (Allemagne, Suisse, Asie, la Chine en particulier).

Le Peuplier enregistre lui aussi une forte hausse, + 16 % avec un prix moyen de 38€/m3. « Cette hausse s’explique en particulier par la tension sur la ressource en raison du manque de renouvellement des Peupleraies », souligne l’Observatoire.

« Cette année, l’indice reflète une nouvelle fois la bonne santé de l’exploitation forestière privée, ainsi que de la transformation (à destination des charpentes, menuiseries, parquets, papier, carton, emballages, ameublement, autres industries du bois…) et du commerce du bois », concluent les experts.

Partager sur
Aucun commentaire

Désolé, le formulaire de commentaire est fermé pour l'instant.