Bâtiment : la reprise se confirme mais pas partout

Depuis mi-2016, la reprise de l’activité dans le bâtiment se confirme, selon les données publiées ce mercredi par la FFB. Toutefois, cette reprise ne concerne que certains segments d’activité, et ne se diffuse pas sur l’ensemble du territoire.

En ce début d’année 2017, c’est la construction neuve qui tire l’ensemble de l’activité du bâtiment vers le haut, selon les données publiées par la FFB. Les permis et mises en chantier du logement affichent des progressions respectives de 15,5 % et 8,5 %, en glissement annuel sur trois mois à fin février 2017.

Et le non résidentiel semble suivre le même chemin, avec des surfaces autorisées et commencées en hausse de 4,2 % et 6,7 %

« Le début 2017 renforce donc la tendance de la fin 2016, avec des acteurs (ménages, entreprises, industriels) dont le moral et les perspectives se redressent progressivement, malgré le contexte politique », souligne la Fédération française du bâtiment.

Toutefois, cette tendance nationale au redressement du neuf doit être nuancée selon les territoires et au sein même des territoires, puisque 80 % des surfaces mises en chantier relèvent des 20 % de communes qui construisent le plus.

Du côté de l’entretien-rénovation, l’activité est à la peine, malgré les mesures incitatives. « C’est un véritable sujet d’interrogation, alors que des dispositifs de soutien existent et que la rapide reprise des transactions dans l’ancien depuis la fin 2014 laissaient espérer mieux. Il y a donc bien nécessité de recalibrer et d’amplifier les dispositifs d’incitation existants », selon la FFB.

Amorce d’un rebond dans l’emploi

Concernant l’emploi, les données semi-définitives traduisent l’amorce d’un rebond. De fait, au dernier trimestre et sur un an, les effectifs salariés baissent encore de 9 700 unités, mais l’intérim du bâtiment viendrait compenser. Les perspectives sur le début 2017 amplifient ce mouvement et s’avèrent prometteuse, y compris pour les postes salariés.

L’évolution des embauches dans la construction en constitue la première traduction concrète. Après une chute violente de la fin 2013 à la mi-2015, elles se sont progressivement améliorées depuis, au point que le secteur connait une forte dynamique en 2016, avec + 7,1 % contre + 4,8 % pour l’ensemble de l’économie.

De plus, ce sont les contrats longs, CDI ou CDD de plus d’un mois, qui portent ce mouvement, alors que les CDD plus courts baissent de 1,9 %. « Si, la croissance se maintient et si l’environnement institutionnel reste favorable, la création d’emploi dans notre secteur sera bien au rendez-vous en 2017 », assure le président de la FFB, Jacques Chanut.

10 000 emplois de plus espérés en 2017

 « Compte tenu de ces éléments, nous maintenons nos prévisions pour 2017, soit une hausse d’activité de 3,4 % en volume tirée par le neuf et une reprise à + 0,9 % de l’emploi, soit 10 000 postes de plus en solde net », précise la FFB.

Toutefois, trois facteurs clés pèseront sur l’avenir. Le premier renvoie à la poursuite de la mobilisation de toute la filière (banques, assureurs-crédit, fournisseurs et entreprises) pour accompagner la reprise.

Le deuxième qui prendra toute sa actualité dans les prochains mois, concerne l’évolution des taux d’intérêt. «Leur hausse n’est guère pénalisante pour le moment, mais un tel choc tel que la sortie de l’euro pourrait profondément changer la donne », commente la FFB.

La troisième s’assimile aux mesures que prendra le prochain gouvernement à l’issue de la présidentielle 2017 alors que Jacques Chanut regrette que « le thème du logement soit peu présent » dans les débats.

Retour haut de page