Architecture Bois Magazine – Infos sur la construction et maisons en bois.

Quelles fondations pour la maison en bois : Dalle, pieux, pilotis?

Les fondations de la maison garantissent la stabilité et l’isolation. Les structures en bois ne reposent pas directement sur le sol. Elles peuvent être posée sur une dalle sur terre-plein, et des pieux ou les pilotis pour des fondations plus profondes.


Les fondations les plus répandues, la dalle sur terre-plein


Il s’agit d’une dalle en béton coulée sur place, servant à la fois à bien répartir les charges de la construction et à soutenir les murs périphériques. Cette dalle, appelée encore radier, est la solution à choisir lorsque le sol risque de ne pas porter suffisamment.

dalle fondation

La dalle de béton armé est coulée sur le terrain. Elle se compose d’une sous-couche (sable), d’un film étanche (polyéthylène anti-capillarité), d’un isolant résistant à la compression (vermiculite), d’un second film étanche, puis du béton armé. Elle est ensuite recouverte d’une chape flottante afin de compléter l’isolation.

Il existe deux sortes de dallage sur terre-plein, selon que le mur de façade est à l’aplomb du mur de soubassement ou non. Dans le premier cas, la dalle est indépendante, dans l’autre cas, elle est solidaire des fondations.


La construction de la maison bois se fait ensuite directement sur la dalle.


Les Avantages :
– Plus économique que le vide sanitaire ;
– fondation la plus courante (tous matériaux de construction confondus) ;
– Intéressant pour le confort d’été (la dalle apporte une inertie thermique importante).

Les Inconvénients :
– Solution la moins écologique en raison de son emprise au sol ;
– Inadaptée aux terrains en pente et/ou humides ;
– Allonge les délais de chantier ;
– Ne permet pas la création d’un sous-sol ;
– Interdit toute intervention ultérieure (réparation, distribution des réseaux ménagers).

L’estimation va de 100 à 170 euros HT/m². Ce prix comprend le terrassement, la création des fouilles, la semelle filante, le mur enterré, le hérisson de pierres sèches et l’isolant jusqu’au coulage de la dalle de béton.


Les fondations profondes pour votre maison bois


Elles sont indispensables pour des sols de faible portance. La reprise de charge se fait alors par la résistance du sol sous la fondation, mais également par les frottements latéraux des pieux en bois, en métal ou en béton. Des constructions très anciennes, comme les immeubles à Venise, reposent sur des fondations profondes sous forme de pieux en bois imputrescible enfoncés dans le sable de la lagune.

Sur un terrain en pente, les fondations ont une fonction supplémentaire : éviter le glissement de la construction. Des solutions spécifiques doivent alors être mises en place pour bien ancrer la construction.


Les pieux et pilotis pour vos fondations


Les maisons sur pilotis se développent progressivement. Solutions souvent adoptées pour des constructions en bord ou sur l’eau, elles sont aujourd’hui présentes à l’intérieur des terres, que ce soit pour pallier les contraintes du terrain ou simplement par choix esthétique.


Jerome Largeau

Au rang des formes architecturales qui attirent le regard, les maisons sur pilotis comptent parmi les plus originales. Surélevées du sol, elles sont aujourd’hui très appréciées, permettant notamment de contourner les problèmes posés par un terrain en pente, tout en respectant la vue et l’environnement.

Ce type de fondation est particulièrement adapté à la construction poteaux-poutres. Lorsqu’ils sont encastrés, les pieux, comme les pilotis, peuvent assurer le contreventement et reprendre les efforts verticaux.


Les avantages :
– Travaux de construction au sol réduits, se limitant seulement à la réalisation des poteaux de fondation ;
– Solution moins coûteuse que les élévations sur vide sanitaire ;
– Bonne ventilation naturelle et isolation évitant les remontées capillaires et l’apparition d’humidité.

Les inconvénients :
– Traitement des bois utilisés pour les pieux et pilotis ou utilisation d’essences naturellement durables (chêne, robinier…) pour résister à l’humidité ambiante (risque de champignons lignivores) ;
– Manque d’inertie pouvant entraîner la surchauffe du bâtiment. Comme pour une maison sur vide sanitaire, l’isolation de la dalle au sol est essentielle pour garantir le confort intérieur du logement.
– Absence de plain-pied imposant la création d’un accès par escalier ou rampe.



Pour lire la première partie de l’article cliquez ici

Texte : Maxime Kouyoumdjian – Architecture Bois HS42

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour haut de page

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer