La France grelotte…

Et, pendant ces périodes de grand froid, les besoins en chauffage des foyers français augmentent. Alors que le réseau d’électricité est sous tension et que l’on parle de pénurie, les combustibles bois normés s’affirment comme une source d’énergie performante, pérenne, en phase avec les exigences liées à la qualité de l’air.

Une énergie moderne et performante issue du bois

Le bois-énergie séduit de plus en plus les français à la recherche d’une solution moderne et performante de chauffage domestique. Pour France Bois Forêt, les pellets ou granulés et le bois-bûches font partie intégrante de ce développement innovant.

On estime à 8 millions le nombre de ménages se chauffant totalement ou partiellement avec un foyer fermé/insert, poêle, cuisinière ou une chaudière fonctionnant au bois bûche ou aux granulés de bois. Ils étaient près de 7,5 millions fin 2013.

Un combustible innovant
Le bois-énergie est porté par ses multiples atouts, fruits des investissements en recherche et développement et de la démarche d’amélioration continue de la filière Forêt-Bois et des industriels du chauffage.

Ce combustible performant se décline ainsi sous différentes formes :

Les granulés ou «pellets»
Un million de tonnes de granulés de bois est produit en France (source SNPGB), un volume en croissance qui est en mesure de faire face à l’évolution de la demande. S’appuyant sur un standard ISO exigeant (ISO 17225-2) qui définit ses spécificités, le granulé bois «Premium» domine largement le marché français pour le chauffage du particulier. Il doit être produit à partir de bois vierge, afin de garantir la sécurité du consommateur et le respect de la qualité de l’atmosphère. Grâce à sa qualité parfaitement contrôlée, il est considéré comme le combustible bois le plus performant, offrant le meilleur rendement. De forme cylindrique, les granulés de bois «Premium» sont de surcroît pratiques d’utilisation. Ils sont proposés conditionnés en sacs, pour l’usage dans des poêles, ou en vrac, pour les chaudières.

Les bûches

Les contours de ce marché sont difficiles à cerner précisément, compte tenu du poids de l’autoconsommation en France. Ainsi que le souligne le réseau France Bois Bûche, il s’agit de privilégier du bois sec, bien calibré et issu d’essences nobles. Un bois bûche mal séché, à 30 ou 40 % d’humidité, occasionnera en effet une perte de près de 25 % du rendement énergétique par rapport à une bûche à un taux d’humidité de 20 %. La certification « NF Biocombustibles solides – bois de chauffage » assure aux consommateurs un bois bûche de qualité depuis son façonnage jusqu’à la livraison chez le consommateur : longueur, humidité, essences de bois utilisées, etc.

La plaquette forestière

Également appelées bois déchiqueté, les plaquettes forestières se présentent sous la forme de copeaux de tailles homogènes résultant du broyage du bois de faible valeur. Utilisées en tant que combustibles, elles sont surtout destinées aux chaufferies collectives et industrielles.

Fédération des Forestiers Privés de France (FRANSYLVA)
www.fransylva.fr

Fédération Nationale du Bois (FNB)
www.fnbois.com

Fédération Nationale des Communes Forestières (FNCOFOR)
www.fncofor.fr

Fédération Nationale Entrepreneurs Des Territoires (FNEDT)
www.fnedt.org

Advertisement
Retour haut de page
%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer