Suivez-nous !
 

Les boiseries du Grand Hôtel-Dieu se refont une beauté

Dans le cadre de la rénovation du Grand Hôtel-Dieu à Lyon, engagée par le constructeur Eiffage, les planchers, charpente, plafonds à la française et boiseries d’habillages muraux ont fait l’objet d’une attention particulière. Retour en images sur le chantier.

Le bois est un matériau omniprésent au sein du Grand Hôtel-Dieu de Lyon, qui accueillera à la fin du chantier commerces et restaurants, bureaux, hôtel 5*, centre de Convention et Cité internationale de la Gastronomie.

En attendant de pouvoir y déguster des mets lyonnais réputés, la restauration des éléments bois datant de plusieurs siècles se poursuit. Elle « nécessite l’intervention de spécialistes capables de réparer, renforcer, restaurer, mettre en valeur ces ouvrages selon des techniques anciennes ou parfois innovantes », souligne le constructeur Eiffage, en charge de la rénovation de l’édifice.

À ce stade, plus de 11 500 m² de planchers bois ont été conservés et restaurés, dont 5000 m² renforcés par le procédé « plancher connecté bois-béton ». Ce procédé consiste à fixer des connecteurs métalliques sur les poutres et/ou solivage bois du plancher puis à couler une dalle de béton armé dessus.

« Ce type d’intervention est très adapté en rénovation puisqu’il permet de conserver des poutres anciennes et de maintenir visibles des plafonds à la française dans un esprit patrimonial, tout en augmentant la portance, l’acoustique et la stabilité au feu de ces planchers bois existants, via une intervention uniquement par la face supérieure du plancher », détaille Michaël Poncet, directeur de travaux.

De nombreuses zones de plafonds à la française redeviendront ainsi visibles sur le projet et seront remis en valeur : décapage, nettoyage, remplacement des parties défectueuses, bouchage des trous à la résine, chaulage.

Le Grand Hôtel-Dieu de Lyon, ce sont aussi 11 000 m2 de charpentes bois existantes qu’il a fallu diagnostiquer, réparer, traiter, renforcer, selon les mêmes méthodes. Les boiseries anciennes, parquets, menuiseries et escaliers ont également fait l’objet d’un travail d’ébénisterie minutieux : décapage, nettoyage, mise en teinte, cirage.

Les travaux mobilisent 500 compagnons en moyenne sur le site, et emploient directement ou indirectement plus de 1 200 personnes en phase chantier. Le Grand Hôtel-Dieu ouvrira ses portes en décembre 2017 pour les commerces et bureaux et en décembre 2018 pour l’hôtel, le centre de convention et la Cité internationale de la Gastronomie.

Photos : © Vincent Ramet

Partager sur
Aucun commentaire

Désolé, le formulaire de commentaire est fermé pour l'instant.