La RT2012 impose une surface de vitrage supérieure ou égale à 1/6ème de la surface habitable. Augmenter la surface de vitrage permet de réduire les besoins en chauffage et en éclairage en bénéficiant au maximum des apports solaires gratuits.

En construction et en rénovation, l’orientation, la taille et l’emplacement des fenêtres influencent le type de vitrage. Il en existe une multitude sur le marché : double ou triple vitrage, basse émissivité (Isolation Thermique Renforcée), isolation phonique, contrôle solaire, protection UV, vitrage anti-effraction (feuilleté, armé), auto-nettoyant, chauffant, intelligent (adaptable à l’ensoleillement), etc.

 

Double vitrage, ITR, vitrage phonique et triple vitrage


Le marquage CE sur les étiquettes, précise les caractéristiques thermiques de la fenêtre. Elles sont mesurées selon la norme en vigueur. La valeur U (mesurée en W / m²K) est l’unité de mesure du coefficient de conductibilité thermique. Plus cette valeur est petite, meilleure est l’isolation. Les performances d’une fenêtre s’expriment avec le “ Uw ” (coefficient thermique global). Plus cet indice relatif à la qualité d’isolation est bas, moins la fenêtre est déperditive (meilleure isolation). Présentant de grandes valeurs Ug liées aux pertes de chaleur et un coefficient U moyen de 5,8 W / m²K, le simple vitrage est le moins isolant. Il a quasiment disparu du marché. Le double vitrage est deux fois plus performant qu’un simple vitrage avec un coefficient U compris entre 1 et 2,8 W / m²K. Le double vitrage se compose de deux vitrages séparés par une épaisseur d’air mobile ; 12 ou 16 mm pour les modèles standards avec un vitrage de 4 mm (signifie : deux vitres de 4 mm d’épaisseur). Ces standards se présentent sous format : 4 / 12 / 4 et 4 / 16 / 4. La lame d’air permet d’éviter la convection et la conduction. La Réglementation Thermique 2012 impose une isolation encore plus performante. Seuls les vitrages à basse émissivité (Isolation Thermique Renforcée, ITR ou VIR) permettent de respecter les normes en vigueur, en diminuant le coefficient de transmission thermique U. Ce type de vitrage se compose de deux surfaces vitrées séparées par une lame d’air déshydratée (16 ou 20 mm d’épaisseur). À l’intérieur du double vitrage, l’un des verres est traité avec un mince film transparent à base de métal ou d’oxydes métalliques en argent. Ce revêtement agit comme un bouclier pour empêcher la chaleur de la maison de fuir à l’extérieur tout en laissant entrer celle du soleil. La substitution de l’air par du gaz inerte (argon, kripton, etc.) renforce l’isolation. La conductivité thermique de l’argon étant 1,3 fois plus faible que celle de l’air.

Le double vitrage phonique dispose de caractéristiques identiques à la différence de l’épaisseur renforcée du vitrage extérieur (10 mm), avec un standard 4 / 10 / 10 qui varie en fonction du niveau sonore. Il existe 6 classes de performances Acoustiques Renforcées des vitrages (certification CEKAL). Un vitrage AR1 réduit le niveau sonore de 25 décibels, un vitrage AR6 le réduit de 37 décibels. Aujourd’hui, les doubles vitrages les plus performants sont 3 fois plus isolants que ceux de la génération précédente. Leur pouvoir d’isolation est 6 fois supérieur à celui d’un simple vitrage et 9 fois supérieur dans le cas d’un triple vitrage.

Le triple vitrage possède de meilleures performances thermiques et phoniques avec un coefficient U compris entre 0,6 et 1,9 W / m²K. Le triple vitrage est constitué de trois épaisseurs et deux couches d’air ou de gaz intercalées. On enregistre les standards : 4 / 10 / 4 / 10 / 4 et 4 / 12 / 4 / 12 / 4. Ce type de vitrage est particulièrement adapté aux maisons BBC et passives avec une très forte isolation et une étanchéité parfaite. Le triple vitrage est recommandé en région froide sur des façades peu soumises aux rayons du soleil, mais il est à éviter dans les régions ensoleillées. À l’entrée en vigueur de la RT 2020, le triple vitrage devrait être indispensable dans la plupart des régions de l’hexagone. Contrairement au double vitrage, le troisième verre et la seconde lame d’air diminuent les performances acoustique, solaire et de transmission lumineuse. Son usage nécessite par ailleurs des menuiseries bien adaptées. Le triple vitrage est très onéreux.

Bon à savoir

Le facteur solaire d’une fenêtre est noté Sw. Le coefficient Sg concerne uniquement le vitrage. Un facteur solaire bas évite les surchauffes. Interprétation : un vitrage de facteur solaire 0,42 laisse passer 42 % de l’énergie du soleil.

Advertisement

Le Taux de transmission lumineuse (Tlw) est exprimé en pourcentage. Il représente la quantité de lumière qui passe au travers de la fenêtre. Plus le pourcentage est élevé, plus la quantité de lumière naturelle augmente ; 80 % est le taux moyen pour un double vitrage, 70 % pour un triple vitrage.

Advertisement

Partager :

WordPress:

J’aime chargement…
Retour haut de page
%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer