Les Menuiseries

Demandez à un enfant de dessiner une maison, elle aura toujours des menuiseries. Fenêtres, portes-fenêtres, baies vitrées, les menuiseries ont la faculté d’ouvrir l’habitat au monde extérieur. Bois, Aluminium, Pvc, Mixte, la qualité des produits allient désormais design et économie d’énergie.


Des menuiseries innovantes au service de l’habitat

fenêtres font désormais office de système de chauffage

Récupérer l’énergie des fenêtres, personnaliser sa maison grâce à des menuiseries multi-matériaux et multicolores est possible. Disposer de finitions de haute technologie et raffinées et voir plus grand avec des baies vitrées toujours plus ingénieuses, l’est aussi.

L’exigeance des particuliers inspire l’innovation des professionnels. Le bois est de retour, l’aluminium se vulgarise, le PVC se mixe et l’acier pointe le bout de son nez. Rien ne semble arrêter les professionnels de la menuiserie en matière d’inventivité, de technologie et d’esthétique.

Pour autant, cette transparence qui n’a l’air de rien, est un concentré de technologies extrêmement performantes. De fait, qu’il s’agisse d’éclairage, de ventilation, d’efficacité énergétique, d’étanchéité à l’air ou à l’eau, de confort ou de sécurité, les menuiseries extérieures répondent désormais à de nombreuses exigences.

À l’aube de la RT 2020, en pleine découverte du label E+C-, les fabricants de menuiseries n’ont jamais autant innové tant en termes de produits que de mises en œuvre. 


Des menuiseries plus performantes

Une maison de montagne en bois dans la poudreuse

La RT 2012 impose le respect de trois exigences sur des performances globales. Les surfaces de vitrage doivent être supérieures ou égales à 1/6 de la surface habitable. (1 m² de surface vitrée pour 6 m² de surface habitable). 

Le coefficient BBio (Besoin Bioclimatique) implique l’orientation, la compacité et la performance de l’enveloppe. Ces critères nécessitent une optimisation des surfaces vitrées, une mise en œuvre efficace au niveau de l’étanchéité à l’air et une performance globale de la menuiserie.

En fin de chantier, un test de perméabilité à l’air doit désormais être réalisé. Seul, un débit de fuite d’air inférieur à 0,6 m3 (h.m²) permet de certifier la conformité de l’habitation à la RT 2012.


La réglementation en détail :

  • La Tic (Température Intérieure Conventionnelle) correspond à la température intérieure maximale à ne pas dépasser sur cinq jours chauds. Elle relève, entre autres, d’une bonne gestion des protections solaires associées aux menuiseries.

    Chaque menuiserie est aussi caractérisée par trois informations.
  • Le coefficient Uw, en W/(m².K), définit la performance de l’isolation thermique de la fenêtre. Plus le coefficient Uw est faible, meilleure est l’isolation et la performance de la paroi vitrée.
  • Le coefficient Sw définit la capacité de la fenêtre à transmettre la chaleur d’origine solaire. Plus le coefficient Sw est élevé, plus la fenêtre laisse passer l’énergie solaire.
  • Le coefficient TLw définit la capacité de la fenêtre à transmettre le rayonnement lumineux d’origine solaire. Plus le coefficient TLw est élevé, plus la quantité de lumière qui traverse le vitrage est élevée.
  • Ajoutez encore le coefficient AEV qui indique les performances des menuiseries à l’étanchéité à l’air, à l’eau et au vent. Plus l’indice est élevé, plus la menuiserie est performante. 
    • A – La perméabilité à l’air : classes A1 à A4. Plus le chiffre sera élevé (de 1 à 4) meilleure sera l’étanchéité à l’air. 
    • E – L’étanchéité à l’eau : classes E1 à E9
    • V – La résistance au vent : classes de V1 à V4 selon la résistance à la pression du vent, ou classes de A à C selon la déformation de la fenêtre.
  • Et l’indice d’affaiblissement acoustique pondéré Rw qui permet d’évaluer la performance acoustique de la fenêtre par rapport au bruit aérien : Plus il est élevé, plus l’isolation est efficace.

Les fenêtres bois, en plein renouveau

Minco fenetre bois brulé

Considéré comme le matériau roi des fenêtres, on lui confère les qualificatifs adéquats : noble, naturel, chaleureux, 100 % renouvelable et bon isolant.

En Pin sylvestre, Mélèze, Chêne ou bois exotique, il affiche une excellente durabilité augmentée par les traitements fongicides, insecticides et hydrofuges. Parfaitement légitime dans une maison, il a toujours intégré autant les intérieurs classiques que contemporains. Et pourtant, il ne représente plus que 10% du marché de la fenêtre. 


Car le bois a une faiblesse, c’est son entretien. Installées en extérieur, les menuiseries ont fini par être les bêtes noires de leurs propriétaires peu désireux de les repeindre tous les 4-5 ans. Mais avec l’avènement de la finition totale, opaque, lasurée ou grisée, la demande est bien repartie.

« En France, il s’est vendu, en 2017, près de 9,5 millions de menuiseries. L’UFME, c’est la moitié de cette production ». D’énormes progrès ont été réalisés depuis 30 ans. Les menuiseries actuelles présentent 5 fois moins de déperditions et une isolation en progression phénoménale, quel que soit le matériau ». 

Philippe Macquart, directeur général de l’Union des Fabricants de Menuiseries (UFME)

Le bois permet d’aller plus loin dans la fabrication, offrant plus de variété de formes, plus contemporaines. Il peut répondre aux demandes de menuiseries plus traditionnelles, plus élégantes, comme la fenêtre « mouton et gueule de loup » que l’on trouve dans l’architecture haussmannienne. Et seul le bois permet de proposer l’intégralité du nuancier de couleurs RAL, contrairement à l’aluminium ou au PVC. Elles peuvent bénéficier d’une garantie de 12 ans, traitées avec des produits respecteux de l’environnement.


L’aluminium, roi de la mixité

maison bois rounde avec grandes fenêtres qui régulent la température

Sa cote n’en finit pas de grimper. Partenaire idéal du sur-mesure, l’aluminium permet de récréer une fenêtre à l’identique. Il peut aussi l’agrandir, et permettre des formes spéciales (triangle, rond ou ovale, trapèze,…). Très rigide, il supporte les très grands vitrages pour former des châssis coulissants aux profilés fins et élégants. Enfin, il ne demande aucun entretien et si son prix reste plus élevé que le PVC, il a été revu à la baisse par la majorité des fabricants.

Afin de respecter les normes et les recommandations de la RT 2012, la menuiserie en aluminium est désormais équipée de rupteurs de pont thermique. Ces éléments préfabriqués permettent d’isoler la face extérieure de la face intérieure du profilé aluminium. De plus, ce dispositif, qui fait office de barrière contre le froid, conserve la chaleur captée tout en permettant de limiter le ruissellement d’eau, la fuite des calories et la formation de condensation. 


Mais s’il répond de manière qualitative à tous les critères de la menuiserie, l’aluminium seul n’est pas le meilleur des matériaux ni en thermique, en apport solaire, en acoustique ou pour la sécurité. Minco®, a sorti Lumia, la fenêtre Hydride. Une menuiserie passive, entièrement éco-conçue, avec une finition intérieure en Pin blanc métallisé quartz et un extérieur aluminium noir sablé.


Le PVC, tout en couleurs

Le PVC occupe la première place des ventes avec près de 60 % des parts de marché. Un succès qui n’est pas dû qu’à son image de menuiserie bon marché et facile à entretenir. Le polychlorure de vinyle (PVC) affiche le meilleur rapport qualité-prix-performance en étant à la fois un très bon isolant thermique et le matériau le moins cher.

Sur le plan de l’esthétique, la page du blanc est en passe d’être tournée. De nouveaux procédés de laquage et de plaxage* permettent de proposer des gammes de couleurs mattes, métallisées, cérusées… Et même de la multicoloration.

S’il n’y a pas de soucis de durabilité avec les produits haut de gamme, attention, en revanche, aux entrées de gamme. Enfin, le PVC est un matériau sujet à la dilatation, donc aux déformations, surtout pour les fenêtres grand format.

L’acier, au service de l’architecture

Utiliser de l’acier en menuiserie, c’est faire référence à l’architecture industrielle du XIXème siècle. L’acier autorise des constructions visuellement légères et transparentes qui favorisent l’entrée de la lumière naturelle, comme les vérandas, les verrières, les jardins d’hiver.

Contrairement aux menuiseries en aluminium, les fenêtres en acier sont issues de profils débités et soudés par des métalliers, puis traités, laqués et cuits au four. L’ouvrage forme une structure particulièrement résistante, unique et prête à traverser le temps.

Malléable, l’acier permet d’obtenir des éléments d’une grande finesse, autrement dit un clair de vitrage important. L’acier d’aujourd’hui est étanche, ne rouille plus, n’est plus à l’origine des phénomènes de condensation ou des sensations de froid.

Maison en bois verticale - Yh2
© Francis Pelletier

Des baies vitrées nouvelle génération +++

séjour au parquet avec cheminée et vue magnifique d'unemaison bois au Canada

XXL mais faciles à déplacer, extra larges mais bien isolées, repliables version accordéon, ergonomiques, et sur rails extra plats, les baies vitrées sont variées.

Aligner jusqu’à 6 vantaux coulissants sur trois rails, pour plus de 10 mètres de transparence. Ou même seulement deux vantaux, le gain lumineux sera appréciable. D’autant que les baies coulissantes nouvelle génération offrent toutes des dimensions XXL, soit jusqu’à 3,20 m de long et 3,50 m de haut par vantail. 

Pour profiter d’un maximum de clair de jour, pensez aluminium ! C’est le seul matériau capable d’offrir une extrême finesse alliée à une excel lente résistance. Sur certains modèles, la largeur du montant entre deux vantaux est, même, inférieure à 4 cm ! 

Advertisement


Les baies vitrées grandes tailles et légères

Toujours en aluminium, les profilés sont à rupture de pont thermique, gage d’une bonne isolation, tandis que les joints renforcés garantissent une bonne étanchéité à l’air et à l’eau.

Quant au double vitrage à isolation renforcée, il est devenu un standard : rempli de gaz argon et doté d’un intercalaire isolant (appelé “warm edge”), il se révèle trois fois plus performant qu’un double vitrage classique en hiver, et transmet deux fois moins la chaleur en été.

Il y a encore la porte-fenêtre en accordéon. Montés sur rails, les vantaux se replient facilement les uns contre les autres, à l’intérieur ou à l’extérieur de la pièce pour un encombrement minimal.

Et pour ouvrir sa baie coulissante sans effort, surtout les formats XXL pour lesquels les vantaux atteignent facilement les 400kg, il existe le système de levage avec amortisseur de fermeture.

Lorsqu’on manipule la poignée, le ou les vantaux se soulèvent avant de coulisser devant la partie fixe, grâce à des roulettes de guidage. En position fermée, les roulettes s’escamotent. Résultat, la manœuvre est confortable, fluide et silencieuse. Enfin, penser rails encastrés n’est pas un luxe ! Mais il est réservé aux maisons neuves.



Qu’est-ce qu’une menuiserie de qualité ?

Quel que soit le matériau, elle doit être certifiée NF ou charte de qualité Menuiserie 21.
– si elle est en bois, sa conception a été faite selon la norme
– faire l’objet d’un document technique d’application si elle est en PVC ou en aluminium.
« La moitié des fenêtres disponibles sur le marché français sont certifiées CSTB ou FCBA. En outre, le fabricant français a l’obligation de fournir une garantie décennale sur son produit. À elle seule, cette assurance garantit le sérieux de la conception », précise l’UFME.
Pour la pose, adressez-vous à des professionnels RGE formés par les fabricants.


Texte Serum Presse – Architecture Bois n°HS42

Advertisement
Retour haut de page
%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer