Architecture Bois Magazine – Infos sur la construction et maisons en bois.

Les bardages en bois composites

Ça ressemble à du bois, ce n’est pas du bois, massif… Lorsqu’ils sont de bonne qualité, les bardages en bois composite présentent une bonne durabilité et stabilité dans le temps. En plus ils nécessitent moins d‘entretien que les bardage bois massif. Aperçu de la famille des bardages en bois composite.

Bardages en bois composite est-il sans entretien?


Kaycan bardage Prestige

Certains matériaux composites sont composés jusqu’à 90% de particules de bois, et le reste de résines plastiques. Le Canadien Kaycan (Naturetech™) propose des bardages à base de particules de bois, issues de déchets forestiers. L’entreprise affiche une forte identité verte. Éco-responsable, elle n’utilise aucun bois traité.
Les bardages sont composés de 80% de bois, 14,5% de résine phénolique et 5% de cire. Ils sont peints avec une peinture acrylique sans solvant. Jusqu’au-boutiste, Kaycan teste chaque produit dans des conditions extrêmes, en Arizona et
dans le Grand Nord canadien, avant de les commercialiser. La marque présente, depuis plusieurs années, une gamme de couleurs aux garanties inchangées : 25 ans sur le produit,
15 ans sur la finition.


Les bardages de bonnes qualités assurent une bonne durabilité

SCB bardage bois composite

Chez SCB, pionnier du bardage en bois composite n’en finit plus de développer et affiner sa gamme CanExel®. Les lames de bardage sont composées de 95% de fibres de bois, 3% de cire et 2% de résine phénolique. Les lames sont enduites de 4 couches de peinture acrylique cuites au four à 160°. De quoi renforcer leur résistance aux impacts et aux intempéries, et confirmer leurs qualités anti-termites et antifongique. « Du bois sans ses imperfections», c’est ce que prône la marque. Quant aux polymères, ils peuvent aussi être issus du recyclage, comme celui de bouteilles plastiques recyclées.



Des technologies toujours plus pointues

Le bardage bois composite a bien des avantages. Il est sans écharde, résistant aux insectes, facile à entretenir, avec une palette de teintes très variée et une durée de vie de 20 ans, en moyenne. Autant d’atouts de la première heure auxquels il convient, aujourd’hui, d’ajouter des technologies encore plus pointues. Les produits mono extrudés (lames pleines et colorées dans la masse) cohabitent désormais avec leurs homologues coextrudés. La co-extrusion se fait au moment de la fabrication. Elle permet de recouvrir la lame de bardage avec une enveloppe en polymère.


« L’emballage fait vraiment corps avec la matière. La co-extrusion permet d’avoir une parfaite stabilité de la couleur et un entretien encore plus facile dans la mesure où le profil est lessivable. Il est aussi moins salissant qu’un produit où le bois est en surface ».

Jean-Baptiste Fortin chez Silvadec

Au sein de l’entreprise bretonne, la co-extrusion ne se fait pas au détriment de la mono-extrusion : « selon les projets, les contraintes techniques, ou l’esthétique, nous ne proposons pas les mêmes profils. Notre claire-voie est co-extrudé, notre brise-soleil, mono-extrudé ».


Le claire-voie, un bardage tendance


Plus attrayant parce que plus contemporain, le claire-voie a le vent en poupe. « Parce qu’il est plus simple à poser, nous avons opté pour un faux claire-voie, sans jour entre les lames », nuance Olivier Theis, pour Fiberdeck dont toutes les gammes de bardage sont en composite co-extrudé. « Le claire-voie a vocation à souvent venir en façade avec des angles, avec des habillages sous une casquette de toit par exemple. Ce sont des situations pour lesquelles le co-extrudé, plus léger, est préférable au mono-extrudé », précise-t-on encore du côté de Silvadec. De fait, les commandes sont de plus en plus nombreuses et les fabricants ne sont pas avares de nouveaux produits en faux ou vrai claire-voie : une lame de 17 cm de large, plus rapide à poser.


Les fabricants veulent tendre sur la qualité de la composition que sur la fabrication. Et le faire savoir : ainsi Silvadec vient d’établir des fiches FDES affichant le bilan écologique de tous ses produits, bardages y compris. Cet élément est cohérent avec les recommandations de la RE 2020. Il devrait permettre aux prescripteurs de puiser dans le fichier INIES en toute connaissance de cause.

Maxime Kouyoumdjian-Simonin
Les derniers articles par Maxime Kouyoumdjian-Simonin (tout voir)
Retour haut de page

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer