Architecture Bois Magazine – Infos sur la construction et maisons en bois.

Paca/Corse : les constructeurs de maisons bois préparent leur rentrée post-Covid

Choisir son constructeur de maisons bois peut s’avérer difficile pour un particulier. Pour vous apprendre à mieux connaître les entreprises de construction bois, Architecture Bois laisse la parole, à chaque numéro, aux constructeurs d’une ou plusieurs régions françaises. Ce mois-ci, les entreprises Villas Bois Provence, Chalets Lombard-Vasina et Kallistyle nous livrent leur vision du marché et de ses évolutions dans les régions Paca et Corse, suite à la crise sanitaire du Covid-19.

Le constructeur de maisons bois Villas Bois Provence

Pascal Bouteille, PDG

«En signant une dizaine de maisons par an, je fais partie des petits constructeurs de maisons individuelles qui privilégient la relation amicale avec ses clients. En créant Villas Bois Provence, appliquant le contrat de construction de maisons individuelles (CCMI), il y a 8 ans, j’avais deux objectifs à satisfaire : le confort de la clientèle et une orientation écologique vertueuse en mettant au point un concept constructif adapté au climat du sud-est de la France.

En effet, depuis mon expérience de directeur commercial et marketing d’Ossabois au début des années 2000 (1er constructeur national à l’époque de maisons ossature bois), je n’ai eu de cesse de militer pour une construction bois intelligente et réellement écologique.

En Paca, la vraie préoccupation doit être le confort d’été

La conception des murs Villas Bois Provence se distingue par l’emploi de matériaux essentiellement biosourcés. Elle intègre un double contreventement permettant une isolation de 145mm de ouate de cellulose insufflée dans les murs, complétée par 40mm de fibre de bois en extérieur et 45 mm de laine de bois en doublage intérieur. De surcroit, les cloisons intérieures sont isolées en Biofib’ (laine de chanvre, coton et lin). La priorité est donnée à l’inertie et au déphasage. Résultat : en 2019, quand les températures estivales sont montées à plus de 42°C, nos maisons présentaient une température intérieure de 28°C sans climatisation, soit 14°C de delta entre l’extérieur et l’intérieur ! Bien évidemment, l’utilisation des brise-soleil orientables et la gestion des volets roulants électriques participent aussi à la régulation de la température.

En Paca, si l’on veut une maison bois la moins énergivore possible, la problématique du confort d’hiver n’est pas la plus importante. Chacun sait désormais que les maisons bois sont particulièrement bien isolées du froid. Une conception bioclimatique induit un “poste chauffage” extrêmement faible. En revanche, la vraie préoccupation doit être le confort d’été. Les températures de plus en plus chaudes doivent être prises en considération et la notion de déphasage prend tout son sens

Dans notre région, une maison bois qui n’a pas été pensée, par souci d’économie ou d’industrialisation poussée à l’extrême, et climatisée pour résister à de telles températures l’été, peut se transforme en “four” ! 

J’avais ressenti une bonne dynamique en ce début d’année et j’ai l’impression que le coronavirus n’a pas dissuadé la clientèle. Au contraire, le regain pour la maison individuelle et son jardin a même davantage de sens après le confinement.

Pascal Bouteille, PDG Villas Bois Provence

Le regain de la maison individuelle et son jardin après le Covid-19

Nos prix de maisons « clefs en mains » se situant entre 1800 et 2000€ du m², peuvent être dissuasifs pour une clientèle de primo-accédants, sachant que le prix du terrain, en Paca, est bien souvent plus élevé que celui de la maison. Pour autant, nous constatons de plus en plus que des clients, sensibles à l’écologie, acceptent de diminuer leur surface habitable au profit d’une maison confortable et respectueuse de l’environnement.

Depuis mi-mai, les chantiers ont repris fort heureusement car si le confinement s’était poursuivi au-delà, la situation d’ores et déjà préoccupante, aurait pu être catastrophique… Mais, à un moment donné, il faut que les chantiers reprennent leur cours, que les services instructeurs relancent les permis et que les banques « jouent le jeu » …                                                                                      

J’avais ressenti une bonne dynamique en ce début d’année et j’ai l’impression que le coronavirus n’a pas dissuadé la clientèle. Au contraire, le regain pour la maison individuelle et son jardin a même davantage de sens après le confinement.

Mais il faut rester prudent. Il est probable que la dynamique se tasse. Tout peut arriver. Les gens sortent du confinement, vous sollicitent, mais l’année 2020 n’est pas terminée… »

Le constructeur de chalets en bois Chalets Lombard-Vasina

Mathieu Lombard, dirigeant :

 « Avant le confinement, nous avions une vingtaine de chantiers en cours, une dizaine à l’étude, et un carnet de commandes rempli de projets pour 2021.  Le 17 mars, tout s’est arrêté. On a mis une partie de nos équipes en chômage partiel. On a fermé un mois, le temps de trouver des masques, de mettre en place les mesures d’hygiène, de distanciation, d’adapter les plannings de travail, de réfléchir aux pauses-repas. Nous avons compris qu’il fallait apprendre à vivre avec le virus et continuer à avancer.

Une adaptation post-covid nécessaire

L’entreprise familiale est née en 1979. En 40 ans, nous avons toujours su nous adapter : nous avons mis en place la préfabrication en atelier, un bureau d’études pour répondre aux normes thermiques, fait appel à un architecte pour aller plus loin dans la conception de nos maisons, décrypter les contraintes administratives des Plans Locaux d’Urbanisme régulièrement mis à jour.

Mais, en mars dernier, la situation était totalement inédite. Nous n’avions plus aucune visibilité sur l’avenir. Nous ne pouvions plus nous projeter. Alors nous avons avancé au jour le jour. Petit à petit, les ateliers ont repris : l’atelier menuiserie, le bureau d’études, les charpentiers. Les clients n’ont pas retiré leurs projets, nos fournisseurs ont tenu. Financièrement, nous avons décalé les crédits que nous venions de prendre par rapport à de nouveaux investissements. Nous avons étalé la trésorerie sur les mois à venir.

Aujourd’hui, nous nous interrogeons sur le marché : les gens vont-ils vraiment changer leur façon de vivre, être davantage en télétravail, et quitter les villes pour s’installer, notamment, à la montagne ? Impossible d’avoir une vision à long terme.

Mathieu Lombard, dirigeant de Chalets Lombard-Vasina

Des investissements à venir

En attendant, nous continuons sur notre lancée : la création d’un nouvel atelier. L’atelier charpente actuel a 30 ans. Il est équipé d’une machine à commande numérique avec laquelle nous réalisons la structure et la préfabrication des panneaux. Mais nous manquons de place et d’espace de circulation.

Le nouvel atelier sera équipé en moyens d’aspiration performants, avec une nouvelle machine à commande numérique (Hundegger-K2 ) grâce à laquelle nous pourrons mettre en place toute une ligne de montage de murs en ossature bois. Nous sous sommes adressés à une entreprise française, Mach Diffusion, spécialisée dans les structures en ossature bois, la productivité et l’amélioration des postes de travail (tables horizontales et verticales) pour éviter d’avoir toujours le dos baissé.  Les machines arriveront dans l’année.

Ce nouvel atelier, c’est le signe que notre envie de construire de belles maisons bois est restée intacte, que nous avons envie d’être encore plus inventifs. La construction bois en montagne a évolué, tout comme ses artisans. En ce qui nous concerne, nous souhaitons aller vers plus de préfabrication et encore plus de sur-mesure.

Nos réalisations font en moyenne 300 m². Entre la signature avec le client et la remise des clés, il peut s’écouler entre un et deux ans, d’autant que l’hiver, il nous est impossible de travailler sur chantier. En transférant une partie du montage sur site dans l’atelier, nous allons gagner du temps que nous pourrons employer autrement : en nous spécialisant aussi dans l’aménagement intérieur

Nous dessinons et réalisons déjà des menuiseries, des escaliers, des meubles, des bibliothèques ; du sur-mesure, toujours. C’est une nouvelle offre qui correspond à la demande de la clientèle, c’est une motivation supplémentaire pour nos équipes. Cette année, encore plus avec ce que nous avons vécu ces derniers mois, nous allons affirmer notre professionnalisme ».

Le constructeur de maisons bois Kallistyle

Julie Pergola, DG :

« Nous sommes fabricants de structures ossature bois et de charpentes bois. Notre activité de charpentes est stable. Nous avons une activité sur l’ensemble de la Corse, avec une part de marché importante sur les deux départements, des clients fidèles. En parallèle, nous réalisons aussi divers chantiers en ossature bois. C’est un domaine que nous développons, en mettant en avant un savoir-faire et une recherche technique innovante.

L’an dernier, nous avons connu une bonne année en construisant pour des particuliers et des promoteurs. Pour ces derniers, nous avons réalisé des résidences hôtelières, des restaurants, des paillottes.

La crainte du contre coup post-covid

Pour nous, l’année 2020 d’avant le confinement s’annonçait bien, avec des commandes signées, des objectifs intéressants. Malgré la période de confinement, nous n’avons pas complètement stoppé nos activités. Nous voulions préparer la reprise en poursuivant des chantiers en cours sur site. Toutes les commandes préfabriquées à l’atelier ont été honorées pour alimenter les entreprises restées actives.

Pour y parvenir, nous avons établi de nouvelles règles intégrant tous les gestes barrière. Nous avons mis 60% de nos employés en télétravail. Globalement, comme notre carnet de commandes était bien rempli, l’activité a été maintenue.

Cela ne veut pas dire que nous sommes épargnés par la crise post-covid. Au contraire, car notre activité, comme pour la plupart des entreprises de l’île, est liée au tourisme. Quand tout va bien dans ce secteur, tout va bien pour nous. Malheureusement, c’est valable aussi dans l’autre sens.

Julie Pergola, DG de Kallistyle

Pour l’instant, malgré quelques commandes annulées, nous avons du travail. Mais je pense que nous allons subir un contrecoup. Encore plus que d’habitude, il faut être à l’écoute de nos clients, à l’écoute du marché. Nous poursuivons les investissements lancés. Nous continuons à aller de l’avant en restant lucides et prudents par rapport aux prochains mois. »

Propos recueillis par Mireille Mazurier – Photos : © DR

Trouvez le constructeur de maisons bois adapté à votre projet pour les régions Paca et Corse, grâce à notre annuaire gratuit en ligne !

Retour haut de page
%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer