Présidentielle 2022 : la filière bois formule 23 propositions

La filière bois veut peser plus pour participer à la décarbonation de la France. Elle vient de formuler 23 propositions qui seront envoyées à l’ensemble des candidats à la présidentielle.

Peut-on encore dire que la filière bois ne travaille pas main dans la main ? Ce mercredi matin, lors d’une conférence de presse rassemblant plusieurs grands acteurs de la filière bois, l’image se veut celle d’une filière rassemblée et unie autour des enjeux de la décarbonation de la France.

 « L’humanité fait face à deux crises majeures, le réchauffement climatique et l’effondrement bioclimatique. Si nous, acteurs de la filière bois, subissons le changement climatique, nous sommes aussi une partie de la solution en tant que filière stratégique», a indiqué Jean-Michel Servant, président de l’interprofession France Bois Forêt.

La filière a ainsi élaboré collectivement un Manifeste, à destination des candidats à la présidentielle. Celui-ci développe 4 axes stratégiques et 23 propositions, comme autant de leviers d’actions pour « atténuer, minimiser et aller vers la neutralité carbone », a défendu Frédéric Carteret, président de France Bois Industrie Entreprises.

Présidentielle 2022 : les 4 axes de la filière bois

Axe 1 : Industrie et usage du bois

Pour son premier axe, la filière souhaite concentrer ses efforts sur le développement des capacités industrielles françaises. « Il faut être à la hauteur de la demande en bois qui augmente dans le monde entier. Pour cela, et sans gaspiller la ressource, il faut augmenter notre capacité industrielle mais aussi la valeur ajoutée du bois qui – comme les chats – a plusieurs vies», a souligné Frédéric Carteret.

Derrière les industries de transformation, de 2nd transformation et de mise en œuvre, c’est toute la filière bois qui doit se structurer. Mais pour cela, il faut les financements nécessaires. « La filière est composée de petites PME et ETI, qui ne peuvent pas boxer dans la même catégorie que les grosses entreprises capables de mobiliser les aides du PIA ». La filière demande donc « une fiscalité modernisée, simplifiée et moins pesante, très rapidement en mesure de moderniser nos outils de production et de soutenir la compétitivité de l’ensemble de nos entreprises ». 

Par ailleurs, la filière souhaite consolider les avancées de la RE2020, qui s’applique depuis le 1er janvier 2022. À  ce titre, « nous voulons interpeler les pouvoirs publics sur la clause de revoyure appliquée à chaque étape de la RE2020 », qui n’incite pas les industriels et les professionnels à s’engager. De même, la commande publique « doit montrer l’exemple » et « privilégier le bois, le papier, le carton dans l’agencement, la rénovation et la construction ».

Dans l’idée d’optimiser au maximum la ressource française (58 essences exploitées sur les 138 essences principales que compte la France), la filière souhaite trouver un nouvel avenir aux essences qui ne trouvent actuellement pas de débouchés, soit pour une question « de mode », d’absence de « communication ou de marketing » ou de manque de « données techniques mécaniques ».

Sur le plan de l’énergie, la filière souhaite à la fois ouvrir le Plan Hydrogène à l’hydrogène vert à base de biomasse forestière et poursuivre le développement du bois-énergie.

Axe 2 : Adapter les forêts

L’axe 2 du plan de la filière propose d’adapter les forêts sur le long terme pour conserver la biodiversité et préserver la multifonctionnalité des peuplements forestiers.

« La question de l’équilibre des usages de la forêt et de la gestion des flux est primordiale », rappelle Jean-Michel Servant. « De plus, il faut prévenir et anticiper les risques qui sont encore devant nous. Nous sommes certains que ces risques – notamment les incendies – vont augmenter. La seule façon qu’on a de préserver la forêt, c’est de la gérer durablement et de ne pas la laisser à l’abandon », souligne-t-il.

Axe 3 : Renforcer l’attractivité des métiers

L’axe 3 se concentre sur le renforcement de l’attractivité des métiers de la filière et la formation. « 75 % des projets de recrutement de charpentiers ne sont pas pourvus. Ils sont dans le top 10 des métiers les plus en tension, avec les monteurs-agenceurs dans l’ameublement », précise Jean-Michel Servant.

Conscient de ce manque, la filière veut renforcer l’attractivité des métiers, en soutenant entre autre l’amélioration des conditions de travail via la mécanisation et la numérisation. Elle souhaite également se rapprocher davantage des AFPA et des écoles pour « faire de l’apprentissage la voie prioritaire de préparation aux diplômes professionnels ».

Enfin, la filière souhaite déployer une grande campagne nationale de formation à la construction mixte et bas-carbone. « La préfabrication va également devenir un élément déterminant dans les années à venir », ajoute Jean-Michel Servant.

Axe 4 : Rapprocher les citoyens de la forêt et de la filière Forêt-Bois

Pour ce 4ème et dernier axe, la filière souhaite communiquer davantage avec le grand public sur le rôle de la forêt via des outils d’informations pédagogiques.

Paul Jarquin, président de Fibois France mise sur la notoriété du Prix national de la construction bois et de ses déclinaisons régionales pour montrer et valoriser les savoir-faire. Quant à Fabrice Denis, Directeur Général du pôle Construire Autrement de Bouygues Bâtiment France Europe (Bouygues Construction) ce sont les « entreprises, promoteurs et constructeurs qui ont un rôle à jouer pour mieux valoriser tous ces beaux bâtiments en bois. La formation a également un rôle à jouer avec la création d’une Académie des matériaux biosourcés dont l’idée est de former les compagnons, habitués aux techniques constructives conventionnelles, au bois et aux biosourcés. »

Par ailleurs, la filière souhaite œuvrer à la signature d’une convention entre le ministère de l’Éducation nationale et les professionnels de la filière pour développer la connaissance de la sylviculture (+ matériau bois / cycle carbone). Enfin, elle envisage de constituer une plateforme d’échange, en concertation avec les ONG comme WWF, FNE, LPO, Réserves naturelles de France…

La filière propose aux candidats de se saisir des 4 enjeux

Ce manifeste composé de 23 propositions sera envoyé à l’ensemble des candidats à la présidentielle, pour qu’ils se saisissent de ces enjeux dans le cadre de la campagne électorale.

« Ces engagements stratégiques témoignent de notre capacité de porter la transition des méthodes constructives. Nous sommes tous convaincus que le bois et les matériaux biosourcés et renouvelables sont le pari le plus fiable pour atteindre la neutralité carbone en 2050. Aujourd’hui la filière bois est à l’aube de sa consécration »

Advertisement

Et de rappeler la dernière étude CSA, en date d’avril 2021, sur la perception du bois par les Français. 94 % des Français considèrent que le bois renforce le caractère naturel d’une construction et 91 % le sentiment de confort. 87 % estiment que le bois favorise l’isolation thermique et 79 % l’acoustique. Enfin, 91 % pensent qu’il embellit l’intérieur et l’extérieur. « Une véritable déclaration d’amour pour le bois ! », conclut Frédéric Carteret.

Advertisement
Advertisement
Claire Thibault
Suivez-moi
Retour haut de page
%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer