Architecture Bois Magazine – Infos sur la construction et maisons en bois.

Une surélévation en bois dans les Yvelines

En région parisienne, les mètres carrés coûtent chers. Afin de s’offrir une pièce de vie supplémentaire et un bel espace extérieur, les propriétaires ont décidé de réaliser une surélévation en bois pour sa légèreté et sa rapidité de mise en œuvre.

Une surélévation en bois : la solution pour gagner des mètres carrés

Surélévation en bois - Philippe Zerbib Architecte

La parcelle où prend place cette surélévation en bois se situe dans le centre-ville de Chatou dans les Yvelines, dans une rue composée essentiellement de logements collectifs. Alors que la famille s’agrandit, les propriétaires de cette maison ont jugé plus facile et moins cher de trouver des mètres carrés supplémentaires, plutôt que de déménager dans un autre habitat plus grand.

« Mes clients avaient déjà une idée précise de ce qu’ils voulaient. Le projet consistait à surélever le bâtiment principal, de manière à créer une suite parentale et une terrasse au dernier étage pour profiter plus facilement de l’extérieur », explique Philippe Zerbib, l’architecte en charge du projet.


Le choix d’un système constructif en ossature bois

Pour respecter les contraintes de poids sur la structure initiale, l’architecte Philippe Zerbib a opté pour un système constructif en ossature bois, réalisée à partir d’essence de Sapin européen.

Surélévation en bois - Philippe Zerbib Architecte

« C’était le seul système constructif possible, en raison de sa légèreté. Grâce au bois, nous avons eu un chantier propre et nous n’avons pas eu à renforcer la structure. Nous avons simplement fait appel à un BET pour vérifier la conformité du projet », précise l’architecte.

Les murs de l’ossature sont réalisés en panneaux OSB avec 140 mm d’isolant et un doublage Demi Stil® comprenant 50 mm d’isolation intérieure. Les cloisons sont construites selon le système Placostil® de Placo®, constitué d’une plaque de plâtre et d’une ossature métallique dont les rails sont fixés au sol et au plafond. Ce système est souvent utilisé pour cloisonner de nouveaux espaces, en y intégrant les réseaux électriques et la plomberie, et offre une bonne résistance mécanique.


Une surélévation contemporaine

Surélévation en bois - Philippe Zerbib Architecte

Le bâtiment initial est ainsi augmenté d’une surélévation en bois atypique, avec un bardage réalisé en panneaux bois-ciment de Hardiepanel® couleur sable clair, vissés sur l’ossature verticale. « Le bois en façade n’a pas été retenu par la mairie, qui souhaitait une vêture plus minérale afin de fondre le projet dans son environnement proche », explique Philippe Zerbib. Il est tout de même présent, de façon plus discrète en façade. La claustra en bois, destinée à cacher l’escalier en bois qui dessert les étages, offre ici des vibrations esthétiques et des jeux de lumière en fonction du soleil. Ce mode constructif léger offre un langage architectural contemporain, qui donne davantage la part belle à la lisibilité des volumes et aux surfaces vitrées.

Grâce à ce nouvel espace, les propriétaires ont pu créer une suite parentale au dernier niveau, s’ouvrant sur un bel espace extérieur. La toiture-terrasse de 30 m² est habillée de lames Ipé et équipée d’une cuisine d’été avec son plan de travail. « Le choix d’une toiture-terrasse permet de minimiser l’impact visuel du bâtiment », assure l’architecte ; d’autant que les pare-vues initialement prévus “ en plein ” ont été remplacés par des garde-corps vitrés transparents et bas, pour limiter l’effet massif.


Après les travaux, cette petite maison de ville est devenue un bâtiment haut, composé de trois parties : la maison d’origine, sa surélévation en bois d’une hauteur semblable et un petit volume qui abrite un garage. Au 1er étage se situe le séjour puis, à chaque hauteur, une chambre prend place avec sa salle de bains.



FICHE TECHNIQUE :
Architecte : Philippe Zerbib Architecte
Constructeur : Marmin
Localisation : Chatou (78)
Année de construction : 2015
Surface habitable : 140 m²
Prix : 3000 € / m²
Système constructif : Ossature bois 145 mm, Sapin européen
Revêtement : Panneaux bois-ciment HardiePanel® de la marque James Hardie®, couleur sable, vissés sur ossature verticale
Isolation : Dalle : Solives bois 22 cm avec 10 cm d’isolant
Murs : OSB avec 140 mm d’isolant + doublage Demi Stil® comprenant 50 mm d’isolation intérieure
Toit : Solives bois 220 mm + laine de verre 200 mm + OSB + polyuréthane 60 mm + étanchéité + dalles sur plots
Cloisons : Laine de verre 70 mm
Chauffage / EnR : Gaz (existant)
Menuiseries : Aluminium, couleur blanche
Terrasse : Lames Ipé, 30 m²


Texte : Claire Thibault – Photos : © Philippe Zerbib Architecte
Source : Architecture Bois N°82

Retour haut de page

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer