Isoler par l’extérieur : quelles techniques choisir ?

Isoler par l’extérieur revient à appliquer une seconde peau à un bâtiment, dans le but de réduire ses déperditions thermiques. Selon l’état des murs et la finition extérieure voulue, différentes techniques sont possibles. La seconde peau peut être créée soit sous enduit lourd ou mince, sous bardages ventilés ou sous parements sans lame d’air.

isolation d'une maison bois

Les différents types d’ITE

Pour isoler par l’extérieur, toutes les techniques reposent sur un même principe de base. On met en place une couche d’isolation protégée par un revêtement extérieur. La mise en œuvre de l’isolant doit toujours respecter le DTU 31.2 – Construction de maisons et bâtiments à ossature bois. On peut aussi se référer à un Avis Technique délivré par le CSTB.

En France, la technique la plus répandue est celle sous enduit, suivie de celle du bardage ventilé. Les vêtures/vêtages et les doubles cloisons sont marginales.

lsoler par l’extérieur : la technique sous enduit lourd ou mince

Dans de nombreuses communes, la réglementation locale ne permet pas de modifier l’apparence d’une façade. La technique de l’enduit s’impose alors face aux solutions bardages au rendu plus moderne et contrasté.

Dans le cas de l’isolation sous enduit lourd, on fixe l’isolant à l’aide de chevilles. On peut aussi le fixer par un système de montage sur rails. L’enduit est projeté sur un treillis pour former une épaisseur de 15 à 20 mm. Il peut être ensuite gratté ou lissé.

Avec l’isolation sous enduit mince, on fixe l’isolant sur le support par collage direct dans le cadre d’une construction neuve. On utilise le collage et chevillage, en rénovation. L’isolant mis en œuvre est généralement, du polystyrène expansé.

L’enduit se décompose en deux couches. Une première couche d’enduit armée d’un tissu de fibre de verre et une seconde couche d’enduit de finition. Ces deux couches réunies forment une peau d’épaisseur mince (3 à 5 mm)

isolation des bardages en bois

L’isolation sous bardages ventilés

L’isolation sous bardages ventilés consiste à poser un isolant modulaire (panneaux, rouleaux) sous un bardage rapporté ou sous une ossature recouverte d’un parement extérieur en laissant entre les deux “peaux”, une lame d’air.

L’isolant utilisé peut être de la laine minérale, de la fibre de bois, de la ouate de cellulose, de la fibre de lin, du polystyrène…

On fixe l’isolant à l’intérieur d’une structure porteuse, constituée d’une ossature primaire (verticale) en bois ou métal. Celle-ci est complétée par une ossature secondaire (transversale) en bois ou en profilés métalliques.

La fixation du bardage proprement dite se fait directement sur l’ossature secondaire par vissage, ou par montage (profilés à emboîtement, à crochets, à rainure/languette).

Une ossature offre de grandes latitudes de réglage. La technique utilisant le bardage ventilé permet donc de corriger des irrégularités de façade. La lame d’air ménagée entre l’isolant et le bardage permet également au bâti de respirer.

Isoler par l’extérieur avec des vêtures/vêtages

Proches du bardage sur le plan esthétique, les vêtures et vêtages se posent directement sur les murs extérieurs sans lame d’air.

La vêture fait appel à un produit deux en un : un isolant thermique contrecollé en usine au dos d’une plaque de parement. Elle se pose en une seule fois sur la structure porteuse. Les éléments se fixent mécaniquement sur la paroi par des vis et des chevilles.

Le vêtage fait appel à deux produits complémentaires : un isolant et un parement. On fixe provisoirement l’isolant sur le bâti, la fixation définitive se fait par l’intermédiaire de la fixation du parement avec ou sans lame d’air. Le parement maintient ainsi l’ensemble en se fixant à travers l’isolant thermique.

Isoler par l’extérieur une maison bois : quelles techniques privilégier ?

Pour les murs périphériques des constructions à ossature bois, la protection contre les intempéries, constituée par la façade et par son pare-pluie sous-jacent, a une importance considérable. La plupart des fabricants proposent des systèmes d’isolation répondant aux exigences spécifiques des constructions à ossature bois.

Advertisement

Vivre dans une maison bois, c’est aussi s’engager dans une écologique. Pour aller jusqu’au bout, optez pour des matériaux de construction bio-sourcés et à faible emprise environnementale.

À ce titre, le trio ossature bois / fibre de bois / ouate de cellulose est l’un des plus courants, mais d’autres associations, avec de la laine minérale notamment, sont tout à fait possibles.

En savoir plus sur l’isolation d’une maison bois…

Advertisement
Mireille Mazurier
Retour haut de page
%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer