Suivez-nous !
 

Notre-Dame de Paris : la forêt de chênes s’est éteinte

Ravagée hier soir aux alentours de 19h, par un incendie a priori accidentel, la cathédrale Notre-Dame de Paris a subi d’importants dégâts. Si sa structure est sauvée des flammes, elle reste fragilisée tandis qu’une partie de ce joyau de l’architecture gothique est défigurée : toiture sinistrée, charpente bois détruite, voûte et flèche effondrées. Malgré ce bilan matériel lourd, la reconstruction est déjà sur toutes les lèvres…

Les Parisiens l’avaient baptisée la forêt de chênes. Après l’incendie qui s’est déclenché hier soir dans la cathédrale de Notre-Dame-de-Paris, il ne reste plus grand chose de cette charpente grandiose, l’une des plus anciennes de la capitale.

Édifiée au XIIIe siècle (1220-1240), elle présentait des dimensions impressionnantes : 100 m de long pour 13 m de large dans la nef, 40 m dans le transept et 10 m de hauteur ! Certains bois – dont l’âge était estimé à 300-400 ans – provenaient d’une première charpente qui n’a pas résisté aux assauts du temps.

Réutilisés dans cette seconde charpente, ces chênes ont traversé les siècles jusqu’à aujourd’hui pour les charpentes du chœur et de la nef. Les charpentes des transepts et de la flèche avaient été refaites au cours du XIXe siècle sous la direction de l’architecte Viollet-le-Duc. Elles présentaient d’ailleurs des poutres de dimension plus importantes et plus espacées.

Voir les images sur le site officiel de Notre-Dame de Paris…

La cathédrale était en rénovation, depuis l’année dernière. Début avril, 16 statues de cuivre étaient décrochées de la flèche pour être restaurées. Des travaux étaient également en cours pour remplacer le plomb de la toiture.

Un incendie ravageur

Suite à cet incendie, les premiers dégâts constatés sont colossaux mais le diagnostic n’est pas terminé car certaines zones restent toujours inaccessibles. Selon le lieutenant-colonel Gabriel Plus, porte-parole des pompiers, cité par l’AFP : « l’ensemble de la toiture est sinistrée, l’ensemble de la charpente est détruite, une partie de la voûte s’est effondrée, la flèche n’existe plus ».


© Twitter – Ministère de l’Intérieur

La stabilité de la structure pose aussi question. « L’ensemble des charpentes effondrées, cela ne fera pas de bien aux voûtes, et cela crée un choc mécanique important », craint Benjamin Mouton, architecte en chef des Monuments historiques, en charge de la cathédrale Notre-Dame, de 2000 à 2013, interviewé par le site d’informations batiactu.com.

L’effondrement de la flèche a également endommagé une partie de la voûte, tandis que l’édifice pourrait encore bouger en raison de la charge d’eau déversée lors de l’intervention des pompiers.

Des années de restauration

La reconstruction de la cathédrale Notre-Dame de Paris prendra « 10 à 15 ans au moins », selon Frédéric Létoffé, président du GMH, groupement des entreprises de restauration de Monuments historiques.

La maire de Paris, Anne Hidalgo, a annoncé une contribution de la ville à hauteur de 50 millions d’euros, pour les travaux de reconstruction. La Région Île-de-France va également participer au financement. « J’ai annoncé à Monseigneur Aupetit que nous allions débloquer 10M€ d’aide d’urgence en faveur du diocèse de Paris pour parer aux travaux urgents », a déclaré Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France.

Face à la catastrophe, les professionnels du BTP se montrent solidaires. « Les architectes sont prêts à mobiliser tout leur savoir-faire pour y participer, aux côtés des artisans et des autres acteurs de la construction », a écrit notamment l’Ordre des Architectes.

Les particuliers peuvent aussi participer via un appel aux dons international, centralisé par la fondation du patrimoine.

Texte : C.T – Photo de Une : © Twitter – Ministère de l’Intérieur

Partager sur
Aucun commentaire

Désolé, le formulaire de commentaire est fermé pour l'instant.