construction d'une maison bois familiale

De Toit à Bois

Dans la pente, Contemporaine et bioclimatique

Bioclimatique, cette maison familiale aux lignes épurées et contemporaines va droit à l’essentiel. Un volume simple et compact, des matériaux de qualité, une surface habitable confortable mais sans excès. Construite sur pilotis, elle regarde plein sud vers la vallée de la Garonne.

Cette maison contemporaine est la petite dernière du constructeur De Toit à Bois, basé dans le Lot-et-Garonne. Elégante et bioclimatique, elle va droit à l’essentiel. Avec une nature 100% bois, un design épuré et des formes compactes, son architecture se rapproche de celle des maisons passives allemandes et autrichiennes. Ses qualités thermiques autorisent l’absence de chauffage ou presque. Cette habitation de plain-pied d’une superficie de 155 m² habitables utilise comme seul apport actif, la chaleur d’un poêle à bois. La réussite de ce projet tient à une ossature bois à isolation renforcée par un mur manteau et à une très bonne étanchéité, le tout doublé de larges apports solaires passifs. Les larges ouvertures, qui courent presque sur toute la façade sud, récupèrent le rayonnement solaire en hiver. En été, des débords de toit permettent de modérer les surchauffes. La VMC double flux régule la température de l’air tout en le renouvelant dans toutes les pièces. Un ballon thermodynamique, qui fonctionne par échanges thermiques, à l’instar d’une petite pompe à chaleur eau-air, fournit l’eau chaude sanitaire. Le plan se développe autour d’une vaste pièce à vivre plein sud avec cuisine ouverte, qui distribue à l’ouest la suite parentale, et trois chambres à l’est. Les pièces de service sont placées au nord afin d’assurer un tampon thermique. La chaleur des appareils ménagers y est récupérée.

suivi-de-chantier-toit-à-bois-2

En raison d’un dénivelé important du terrain (30°), la maison a été construite sur pilotis en béton espacés tous les 3,50 mètres.

 

suivi-de-chantier-toit-à-bois-3
La pose de la dalle bois, sur laquelle repose l’ossature. La maison mesure 22 m par 7,2 m. Une trame de lambourdes est posée sur les pilotis béton avec un OSB de contention de 18 mm d’épaisseur.
suivi-de-chantier-toit-à-bois-4
Le constructeur adopte un principe de construction modulaire pensé pour s’adapter aux tailles standard des matériaux telles que les plaques d’OSB, les panneaux de fibre de bois ou encore les menuiseries. C’est une source d’économies.
suivi-de-chantier-toit-à-bois-5
La surélévation de la terrasse en bois, qui s’ouvre sur la vallée de la Garonne, constitue l’extérieur principal de la maison. Un garde-corps en verre feuilleté sera posé afin de laisser la vue dégagée.
suivi-de-chantier-toit-à-bois-6
Sur le pare-pluie de la façade nord, le tasseautage est terminé. Il recevra les lames du bardage en pin rétifié. Ce procédé permet d’éliminer la question du traitement tout en conservant la couleur chaude du bois.
suivi-de-chantier-toit-à-bois-7
Mise en place du toit avec un pare-pluie et des liteaux. La couverture est une tôle bac acier anti-condensation. Isolé avec 300 mm de ouate de cellulose insufflée, doublée d’un panneau de fibre de bois compressée de 35  mm.
suivi-de-chantier-toit-à-bois-8
L’ossature bois en cours d’élé- vation avec la réservation des ouvertures. L’isolation entre les montants est réalisée avec 145 mm de ouate de cellulose insufflée. Afin de renforcer l’isolation des parois, le constructeur a adopté la technique du mur-manteau en ajoutant de la laine de bois de 80 mm sur les plaques d’OSB qui font contreventement, plus 35 mm de fibre de bois au Sud.
suivi-de-chantier-toit-à-bois-9
L’isolation de la dalle bois a été réalisée avec de la ouate de cellulose soufflée, en deux couches entre les lambourdes. Les sols ont été traités avec un plancher en pin des Landes, poncé, huilé et ciré.
suivi-de-chantier-toit-à-bois-10
La pose du bardage traditionnelle avec lames à l’horizontale. La façade nord possède quelques fenêtres à soufflet afin de bénéficier d’une source de ventilation naturelle en été.
suivi-de-chantier-toit-à-bois-11
Exposée plein sud, la terrasse de 80 m² est en robinier, résistante et aussi esthétique que les bois exotiques. Des débords de toit protègent des surchauffes en été. Il est aussi prévu de tendre des voiles pare-soleil.
suivi-de-chantier-toit-à-bois-12
L’insufflation de la ouate de cellulose dans les caissons se fait avec une machine professionnelle à air soufflé. Le maître d’ouvrage a préféré cet isolant économique et recyclé plutôt que de la laine de verre.
suivi-de-chantier-toit-à-bois-13
Chaque ouverture occasionnée dans le frein-vapeur a été entièrement rebouchée avec de l’adhésif adapté. C’est la condition nécessaire d’une étanchéité à l’air sans défaut et donc sans déperditions de chaleur.
suivi-de-chantier-toit-à-bois-14
Les réseaux électriques avant le doublage. Les cloisons ont été remontées jusqu’au toit afin d’éviter les ponts phoniques. Une couche de laine de verre a été déposée dans le faux-plafond pour le lester.
suivi-de-chantier-toit-à-bois-15
Le doublage en BA 13 a été réalisé en trois, voire quatre peaux (de plâtre) afin d’éviter les problèmes de résonance. Les cloisons sont ainsi plus résistantes et moins sonores.
suivi-de-chantier-toit-à-bois-16
Toute la maison est rendue accessible et ventilée grâce à la surélévation. Sa forme compacte et ses espaces tampons permettent de limiter les déperditions énergétiques, objectif recherché par le constructeur.
suivi-de-chantier-toit-à-bois-17
Les maîtres d’ouvrage ont opté pour des menuiseries mixtes bois aluminium et du double vitrage 4/16/4 à lame d’argon, faiblement émissif et autonettoyant. Il s’agit de baies vitrées à translation Minco®.

suivi-de-chantier-toit-à-bois-18

Les propriétaires de cette maison tenaient à un projet à la fois confortable et économe en énergie. Le pari est réussi car après un premier hiver, ils ont consommé environ un stère de bois. De plus, ils n’ont pas eu recours à un suréquipement technologique hormis la VMC double flux et le chauffe-eau. La simplicité du design et le choix du bois se retrouvent à l’extérieur comme à l’intérieur. Les murs ont été traités au badigeon de chaux cirée avec le même souci de fabriquer des espaces de vie sains et agréables. Ce projet a été réalisé avec un budget de 250 000 € TTC
hors finitions. Il a été conçu pour être adapté à d’autres programmes et d’au-tres types d’implantations.

Advertisement

1 réflexion sur “De Toit à Bois”

Les commentaires sont fermés.

Retour haut de page
%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer